Communiqués de presse

Nouveau programme de bourses d'études au doctorat en psychologie – Pour que les internes en psychologie contribuent pleinement à accroître l'accessibilité aux services publics dans le domaine de la santé mentale

Québec, le 21 décembre 2016. La ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Hélène David, a annoncé aujourd’hui la mise en place d’un nouveau programme de bourses d’études pour les doctorantes et doctorants en psychologie, et ce, dès l’automne 2017. Ce programme vise à soutenir les étudiantes et étudiants pendant leur internat de 1 600 heures dans les réseaux publics, mais également à travailler dans ces réseaux après leur diplomation.

« En mettant en place ce nouveau programme de bourse, notre gouvernement s’assure que les étudiantes et étudiants au doctorat en psychologie puissent contribuer à accroître l’accessibilité aux services publics dans le domaine de la santé mentale. Ces doctorantes et doctorants contribuent à l’offre de soins et de services de qualité dans les réseaux publics, notamment par l’importance des tâches exécutées dans le cadre de leurs études et par leur implication lors de l’internat », a déclaré la ministre David.

Plus précisément, le nouveau programme prévoit l’attribution de 250 bourses de 25 000 $ destinées aux doctorantes et doctorants en psychologie qui font leur internat dans les réseaux publics, principalement dans les établissements de la santé et des services sociaux et dans ceux de l’éducation et de l’enseignement supérieur. La participation à ce programme sera optionnelle. Toutefois, le versement des bourses sera conditionnel à un engagement à travailler dans les réseaux publics pour une période de deux ans à temps complet ou, si cela n’est pas possible, à une prolongation de 150 heures de l’internat.

« Je me réjouis que nous ayons trouvé une solution dans ce dossier, qui est bénéfique pour les doctorantes et doctorants, mais aussi pour le réseau public de la santé. En tant que gouvernement nous poursuivons nos efforts, avec l’ensemble des professionnels, pour consolider l’offre de services en santé mentale et mettre en place le Plan d’action en santé mentale 2015-2020 », a ajouté le ministre Barrette.

Rappelons enfin que M. Luc Granger, ex-président de l’Ordre des psychologues du Québec, recommandait, dans un rapport déposé en octobre dernier à la ministre David, qu’un soutien financier soit accordé aux doctorantes et doctorants en psychologie.