Communiqués de presse

Aide financière aux études – Un répit de six mois pour les personnes qui doivent rembourser une dette d'études

Québec, le 20 mars 2020. – Afin de faciliter la vie des personnes qui doivent acquitter une dette d’études et qui sont touchées par la situation exceptionnelle provoquée par la COVID-19, le gouvernement du Québec reporte le remboursement de la dette auprès de l’Aide financière aux études. Les démarches sont en cours pour que cette mesure, dont le financement est estimé à près de 48 M$, entre en vigueur dès le 1er avril prochain.

Une mesure adaptée à la réalité des personnes qui accèdent au marché du travail

Au cours de cette période exceptionnelle de six mois, aucun versement ne sera à effectuer et aucun intérêt ne sera cumulé ou ajouté à la dette d’études.

Si vous êtes en situation de remboursement d’une dette d’études, vous n’aurez aucune démarche à faire ni aucune justification à fournir pour profiter de cette mesure d’exception, puisqu’elle s’appliquera automatiquement à toute la population ayant une dette auprès de l’Aide financière aux études.

Au terme de cette période, les personnes qui doivent rembourser une dette d’études devront effectuer leurs versements selon les modalités en vigueur avant l’interruption. Elles pourront alors toujours compter sur les mesures d’assouplissement déjà offertes par l’Aide financière aux études, telles que le Programme de remboursement différé. 

Citations :

« Dans l’esprit des mesures annoncées par le gouvernement fédéral, nous donnons un répit de six mois aux personnes ayant des dettes étudiantes pour les aider à traverser la période d’incertitude actuelle. Des discussions sont en cours avec les institutions bancaires qui octroient les prêts afin que cette mesure puisse entrer en vigueur dès le 1er avril. »

Éric Girard, ministre des Finances 

« Nous savons que les personnes qui terminent leurs études ou entament une carrière sont dans une période de transition financière, et c’est pourquoi nous sommes fiers de mettre en place cette mesure exceptionnelle. Notre gouvernement agit rapidement pour soutenir les personnes concernées et va continuer à veiller sur elles en tenant compte de l’évolution de la situation. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur