Taux de diplomation et de qualification par cohorte de nouveaux inscrits au secondaire

Cet indicateur fait référence à une cohorte de nouveaux inscrits (1re secondaire). Il mesure la part (en %) de ceux qui ont obtenu un diplôme ou une qualification du secondaire après 5, 6 et 7 ans.

Suivre dans le temps une cohorte de nouveaux inscrits et le parcours de ceux-ci sur une période de 7 ans (soit de l’âge de 12 à 19 ans) sert à apprécier l’efficacité du système scolaire et à savoir en combien de temps les élèves obtiennent un diplôme ou une qualification. Un indicateur annuel ne permet pas une telle analyse, puisque seulement la fin est observée, le point de départ n’étant pas connu.

Il est à noter que le calcul de cet indicateur prend en compte toutes les sanctions officielles émises par le ministère de l’Éducation (ME). Le calcul ne considère donc pas des attestations d’équivalence de niveau secondaire (AENS), puisqu’elles ne sont pas délivrées par le Ministère.

Ainsi, l’indicateur est d’abord calculé 5 ans après l’inscription en 1re secondaire des élèves de la cohorte (ce qui correspond à 100 % des jeunes). Il s’agit de la durée normalement prévue des études secondaires à la formation générale. L’indicateur est ensuite calculé après 6 et 7 ans. La situation après 7 ans est retenue pour la mesure de la diplomation et de la qualification avant l’âge de 20 ans.

Taux de diplomation et qualification pour la cohorte de nouveaux inscrits au 30 septembre 2012

  Cohorte de 2012
  Après 5 ans Après 6 ans Après 7 ans
 

suivie jusqu'en 2016-2017

suivie jusqu'en 2017-2018

suivie jusqu'en 2018-2019

Ensemble du Québec : 71,3 % 78,9 % 81,7 %
Part de diplômés 67,8 % 74,9% 77,6%
Part de qualifiés 3,4 % 4,0 % 4,1 %
Masculin 65,1 % 73,7 % 77,3 %
Féminin 77,7 % 84,4 % 86,4 %
Retard à l'entrée au secondaire[1] 39,2 % 49,7 % 54,4 %
Immigrants de 1re génération 67,2 % 76,6 % 79,8%
Réseau public : 66,1% 75,0 % 78,4 %
EHDAA 36,8 % 50,0 % 56,1 %
Défavorisation 58,6% 69,2 % 73,5 %
Réseau privé 89,0 % 92,7 % 93,6 %

Source : ME, TSEP, DGSRG, DIS, Taux de diplomation par cohorte au secondaire – Édition 2020.

Déclinaison du taux de diplomation et de qualification par cohorte au secondaire2 :

  • Ensemble du Québec
  • Réseau d’enseignement (public, privé)
  • Région administrative (réseau public seulement)
  • Commission scolaire
  • Sexe
  • Langue d’enseignement
  • Type de sanction (diplômes, qualifications)
  • Statut de l’élève (EHDAA et élève ordinaire)
  • Statut d’immigration de l’élève (première ou deuxième génération)
  • Retard à l’entrée au secondaire (12 ans et moins, 13 ans et plus)
  • Indice de défavorisation de l’école (milieu défavorisé, milieu intermédiaire, milieu favorisé)
  • Secteur d’obtention du diplôme ou de la qualification

Commentaires

Stabilité du taux de diplomation et de qualification par cohorte

Pour l’ensemble du Québec, le taux de diplomation et de qualification par cohorte au secondaire, après 7 ans, est pratiquement le même pour les deux dernières cohortes. En effet, il est passé de 81,8 % pour la cohorte de 2011 à 81,7 % pour celle de 2012. Toutefois, les taux de diplomation et de qualification de la cohorte de 2013 après 6 ans et 5 ans suggèrent que la progression devrait reprendre.

Plus de diplômés

Le taux de qualification après 7 ans des cohortes de 2006 à 2009 est demeuré le même. Le taux de diplomation par cohorte au secondaire a, pour sa part, continué de progresser, passant de 71,7 % à 76,0 %, ce qui représente une hausse de 4,3 points de pourcentage. Cette augmentation est presque entièrement attribuable au fait que plus d’élèves obtiennent un diplôme d’études secondaires (DES). La part du DES a continué d’augmenter pour les cohortes de 2010, de 2011 et de 2012, affichant respectivement des taux de 74,7 %, de 75,7 % et de 76,1 %. La part des qualifications a aussi légèrement augmenté pour les cohortes de 2010 et de 2011, se chiffrant respectivement à 4,5 % et à 4,4 %. Pour la cohorte de 2012, elle est toutefois revenue au même niveau que celui des cohortes de 2006 à 2009, soit 4,1 %.

En ce qui concerne les qualifications, la hausse observée entre les cohortes de 2009 et de 2011 n’est attribuable qu’au réseau public (de 5,2 points de pourcentage pour la cohorte de 2009 à 5,6 points de pourcentage pour les cohortes de 2010 et de 2011). Pour la cohorte de 2012, le taux de qualification dans le réseau public est aussi revenu au niveau de la cohorte de 2009 puisqu’il est de 5,3 points de pourcentage.

Moins d’écarts entre les différents groupes d’élèves

Bien que l’écart entre les filles et les garçons soit toujours à l’avantage des filles, il diminue. L’écart après 7 ans est passé de 11,9 à 9,1 points de pourcentage entre la cohorte de 2004 et celle de 2012. L’écart est toutefois quelque peu plus élevé pour cette dernière cohorte (2012) si celle-ci est comparée à la cohorte précédente, soit à celle de 2011 (8,5 points de pourcentage).

Pour la cohorte de 2012, dans le réseau public, les élèves ordinaires affichent un taux de 86,2 %, comparativement à 56,1 % pour les EHDAA. L’écart entre les deux groupes reste élevé, mais il tend à diminuer entre les cohortes de 2004 et de 2012. Il est en effet passé de 43,8 à 30,1 points de pourcentage pour le taux après 7 ans.

 

1. Élèves entrant au secondaire à 13 ans ou plus.

2. Données rendues disponibles sur le site Web du Ministère, en même temps que l’indicateur.

Formulaire d'appréciation

Formulaire d'appréciation
Comment avez-vous trouvé ce contenu?
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.