Formation à l'enseignement ou en milieu pratique

Projets

Soutien à l’évaluation des compétences au préscolaire : une formation sur mesure destinée à la communauté enseignante

Responsable : Marie-Hélène Hébert 
 
Université : Université du Québec à Rimouski

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 

 

Le projet de formation « Soutien à l’évaluation des compétences au préscolaire : une formation sur mesure destinée à la communauté enseignante » a pour objet d’engager des enseignantes du préscolaire dans un parcours de formation à l’évaluation des compétences, modulé en fonction de leurs besoins. Il prend appui sur le recueil et l’analyse, à l’hiver 2013, des besoins de formation et de documentation en évaluation des enseignantes du préscolaire de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin. Des rencontres de formation alternant réflexions théoriques et ateliers pratiques nourriront les besoins de formation des enseignantes (objectif 1) et leurs besoins de documentation (objectif 2).

Pour alimenter et soutenir les besoins de formation des enseignantes, il s’agira de favoriser leur appropriation de savoirs stratégiques liés à l’évaluation des compétences par des activités de formation collectives pilotées par l’équipe commissions scolaires-universités. Les thématiques d’intérêt, établies par les enseignantes dans l’enquête, seront définies autour des axes suivants : a) les compétences du programme d’éducation préscolaire (ex. : À quoi les reconnaît-on chez les enfants?) et b) la démarche d’évaluation (ex. : Dans quelles situations et avec quel outil en consigner les manifestations?).

Pour alimenter et soutenir les besoins de documentation des enseignantes exprimés dans l’enquête, il s’agira de faire élaborer par dix enseignantes, et pour l’ensemble des enseignantes, une banque d’outils d’évaluation (activités, grilles d’observation, etc.) à mettre à profit pour évaluer chez les enfants les six compétences du programme d’éducation préscolaire. La construction des dispositifs d’évaluation des compétences, qui se fera de concert avec l’équipe commissions scolaires-universités, prendra en compte les orientations ministérielles en matière d’évaluation et les savoirs d’expérience des enseignantes, et se fondera sur des travaux issus de la recherche scientifique en développement de l’enfant, en éducation préscolaire et en évaluation des compétences. Aussitôt les dispositifs d’évaluation élaborés, les dix enseignantes seront pressenties pour les mettre à l’essai dans leur classe et seront amenées à partager les détails de leurs expérimentations avec l’équipe commissions scolaires universités. Une fois rodés et consolidés par l’équipe commissions scolaires universités, ces outils, qui se voudront un « référentiel de pratiques exemplaires et efficaces », seront rendus disponibles à la communauté enseignante du préscolaire grâce à une plateforme de diffusion en ligne.

 

Conception et mise en œuvre de situations d’apprentissage en science et technologie au primaire par l’accompagnement et la supervision pédagogique en tétrade

Responsable : Sylvie Viola 
 
Université : Université du Québec à Montréal

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Enseignants
  • Formateurs (adultes, stagiaires, superviseur, etc.)

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Les enseignants du primaire ont parfois du mal à concevoir et à mettre en place des situations d’apprentissage en science et technologie en raison d’un manque de formation pratique et théorique ou encore d’un manque de connaissances scientifiques, d’un accès limité au matériel, etc. Cette problématique fait en sorte que les élèves du primaire, du secondaire et du collégial ne sont pas adéquatement formés en science et technologie et qu’ils développent peu d’intérêt pour ce domaine d’études. Il faut donc agir rapidement pour corriger ces situations récurrentes. Basé sur une formule de réel partenariat entre l’université et le milieu scolaire, ce projet a pour objet de faire travailler les différents acteurs de la supervision et de l’accompagnement pédagogique en tétrade, dans un contexte de formation initiale et de formation continue en simultané.

Il comporte deux volets de formation distincts : 

  1. la conception et l’assimilation de vingt-sept situations d’apprentissage et d’évaluation liées aux sciences et aux technologies grâce à l’accompagnement fourni dans le programme Éclairs de sciences;
  2. la mise en œuvre et la supervision pédagogique de ces situations dans le contexte du stage IV prolongé sur une année scolaire complète et encadré par une supervision pédagogique générale et disciplinaire.

Ce projet, qui s’échelonnera sur trois ans, permettra de former trente-six enseignants et trente six étudiants ou enseignants en insertion professionnelle répartis dans trois commissions scolaires de la Rive-Nord de Montréal. Il permettra de mettre au point un nouveau modèle de supervision pédagogique ainsi que, dans son volet « recherche », des instruments de mesure pour vérifier ses retombées sur l’acquisition des savoirs et le développement de compétences.

 

La formation continue des enseignants associés en Estrie : concevoir et mettre en œuvre un programme de formation renouvelé pour un accompagnement de qualité dans une approche programme

Responsable : Julie Desjardins 
 
Université : Université de Sherbrooke

Personnel visé :

  • Formateurs (adultes, stagiaires, superviseur, etc.)

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 
  • Primaire
  • Secondaire

 

Ce projet a pour objet de renouveler la formation offerte aux enseignants associés (EA) de la région de l’Estrie et, à long terme, des autres régions. La formation actuelle est offerte depuis près d’une dizaine d’années et s’adresse uniquement aux titulaires d’un baccalauréat en enseignement général. Elle n’est pas offerte aux personnes inscrites au programme menant à l’obtention du baccalauréat en enseignement professionnel ni aux mentors en maîtrise qualifiante, dont les contextes d’accompagnement sont très différents.

L’offre actuelle consiste en une formation de base de quinze heures sans possibilité de poursuite du perfectionnement pour ceux qui l’ont suivie. De plus, cette formation est offerte sans prise en considération des spécificités des différents programmes, ce qui ne permet pas l’implantation d’une véritable approche axée sur le programme où les EA auraient l’occasion de développer un sentiment de compétence à titre de coformateur au sein d’une équipe pédagogique. Malgré une grande satisfaction des personnes qui ont suivi la formation actuelle, le taux d’inscription des EA reste faible. Voilà quelques-unes des limites de la formation actuelle auxquelles le projet souhaite répondre : une formation qui s’adresse aux EA de l’ensemble des programmes, qui leur permet d’approfondir leur compréhension des orientations officielles et des objectifs propres au programme dans lequel ils enseignent, qui leur assure une formation de base, mais aussi qui leur permet de se perfectionner à différentes étapes de leur carrière, tout en favorisant le développement de leurs capacités réflexives sur les compétences d’accompagnement et d’enseignement afin qu’ils puissent optimiser le soutien au développement des douze compétences professionnelles des stagiaires (MELS, 2008; MEQ, 2001).

Rehausser la compétence des enseignants en évaluation des apprentissages : des communautés d’apprentissage professionnelles au primaire et au secondaire

Responsable : Sylvie Fontaine 
 
Université : Université du Québec en Outaouais

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 
  • Primaire
  • Secondaire

 

Notre objectif est de mettre sur pied un dispositif de formation novateur pour permettre aux enseignants en service d’approfondir leur compétence en évaluation des apprentissages. Nous proposons la mise sur pied de trois communautés d’apprentissage professionnelles : deux communautés d’apprentissage professionnelles de huit enseignants du primaire et une communauté d’apprentissage professionnelle de huit enseignants du secondaire. Les enseignants auront une rencontre par mois pendant une année scolaire avec les chercheurs et un responsable de l’évaluation de l’une ou l’autre des quatre commissions scolaires participantes. Les chercheurs feront un bilan de la compétence en évaluation des apprentissages des participants à l’aide d’un questionnaire et d’un test de connaissances à la première rencontre. Ce bilan servira de mesure de base pour déterminer l’évolution de la compétence en évaluation des apprentissages.

Les huit rencontres subséquentes porteront sur les cinq thèmes suivants :

  1. évaluation POUR l’apprentissage et évaluation DE l’apprentissage;
  2. pratiques de rétroaction et régulation de l’apprentissage;
  3. instruments d’évaluation;
  4. outils de consignation des évaluations;
  5. jugement professionnel de l’enseignant.

Les participants tiendront un journal de bord à l’intérieur duquel ils noteront leurs actions d’évaluation, leurs difficultés et leurs réussites entre chaque rencontre de CAP. Ces rencontres nous permettront d’aborder un thème d’évaluation, d’instaurer une dynamique de coformation entre les participants et de soutenir les enseignants dans l’ajustement de leurs pratiques d’évaluation. Nous réaliserons un deuxième bilan à la dernière rencontre pour permettre une comparaison avec la mesure de base.

 

Élaboration, mise en œuvre et évaluation d’un dispositif de formation aux enseignants associés : une approche de partenariat université-milieu scolaire

Responsable : Suzanne Tamsé 
 
Université : Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Personnel visé :

  • Enseignants
  • Formateurs (adultes, stagiaires, superviseur, etc.)

Ordre d'enseignement :

  • Secondaire

 

Le projet vise l’harmonisation des programmes de formation des enseignants associés et des superviseurs de stages tout en favorisant l’harmonisation de la formation de deux groupes de formateurs aux orientations de la formation à l’enseignement, à savoir la professionnalisation et une approche culturelle de l’enseignement. L’actualisation du cadre de référence des formateurs de stagiaires et de la production d’ateliers de formation en partenariat avec le milieu scolaire régional contribuera, à plus long terme, à instaurer et à développer une culture de formation continue chez le personnel enseignant. 

Le projet a donc comme objectif spécifique d’examiner les principaux besoins de formation des formateurs de stagiaires, d’analyser les outils de formation actuels, de concevoir et d’élaborer des outils de formation adaptés et d’évaluer leur efficacité.

 

L’analyse des pratiques éducatives comme outil de formation continue des différents intervenants œuvrant dans la formation des enseignants débutants de la formation professionnelle

Responsable : Philippe Maubant  
 
Université : Université de Sherbrooke

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Secondaire

 

En formation professionnelle (FP), les démarches d’accompagnement des nouveaux enseignants sont très hétérogènes en raison des fonctions et des compétences très diverses des différents formateurs mobilisés. De plus, il semble difficile de faire expliciter ces pratiques à des fins de modélisation et de transmission. Enfin, la question de la formation de ces différents intervenants aux pratiques d’accompagnement et de conseil se pose notamment au regard de l’essor de démarches d’analyse des pratiques et de différentes conceptions et modèles de l’accompagnement. En FP, les intervenants doivent prendre en compte la double compétence : technique et pédagogique. Les personnes formées seront invitées à définir et à expliciter leurs pratiques de conseil et d’accompagnement. À partir de cette explicitation seront construits des modèles de l’accompagnement et du conseil basés sur les méthodes d’analyse des pratiques qui prennent en compte les spécificités des contextes et des acteurs.

Les objectifs de cette formation sont les suivants : 

  1. analyser et modéliser les pratiques éducatives des conseillers pédagogiques et autres accompagnateurs qui interviennent dans la formation des enseignants de la FP;
  2. concevoir des modules de formation à l’accompagnement et au conseil;
  3. soutenir l’appropriation et l’apprentissage de ces modèles d’accompagnement en mobilisant les méthodes d’analyse de pratiques comme outils de formation.

Les professionnels qui participeront à ce projet seront soutenus dans l’apprentissage et l’appropriation de ces modèles au moyen d’une formation aux méthodes d’analyse des pratiques et aux pratiques d’accompagnement.

 

Programme de formation pour les enseignantes novices de maternelle au regard de la compétence psychomotrice pour soutenir leur développement professionnel

Responsable : Johanne April 
 
Université : Université du Québec en Outaouais

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 

 

Le présent projet vise le développement d’activités de formation continue auprès d’enseignantes novices de maternelle des commissions scolaires de la Rivière-du-Nord (CSRDN) et de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) au regard de la compétence psychomotrice. Dans leur pratique professionnelle, elles doivent accompagner les élèves dans leur développement psychomoteur (première compétence du programme à l’éducation préscolaire). Toutefois, nous constatons le peu de formation à l’éducation préscolaire dans les programmes de formation des maîtres et, plus particulièrement, l’absence de formation du développement psychomoteur. Par ailleurs, les recherches indiquent que les enseignantes novices sont celles qui quittent la profession durant les cinq premières années après leur embauche. Par conséquent, il s’avère urgent de leur permettre d’acquérir des repères théoriques et des outils pédagogiques qui les amèneront à faire vivre des expériences psychomotrices aux élèves, et à les doter d’outils pour les guider dans le développement psychomoteur des enfants. En outre, plusieurs auteurs (Vayer, 1976; Paoletti, 1999; Bolduc, 1997) reconnaissent que la pratique d’activités psychomotrices a des retombées sur tous les aspects du développement, sur les processus mentaux et sur les acquisitions scolaires (la lecture, l’écriture et la mathématique). Nous considérons qu’il est pertinent d’outiller les enseignantes pour contribuer au développement psychomoteur des jeunes enfants. Ainsi, nous proposons d’élaborer une formation théorique et empirique sur l’éducation psychomotrice.

Programme de formation continue pour développer des stratégies d’intervention en classe multiâge et la collaboration professionnelle à l'aide des technologies de l’information et de la communication

Responsable : Stéphane Allaire 

Site Internet Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
 
Université : Université du Québec à Chicoutimi

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Directions d’école et gestionnaires
  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire
  • Primaire
  • Secondaire

 

Notre projet veut répondre à deux enjeux en matière d’éducation au Québec. Le premier a trait à la recrudescence du projet des classes multiâges, et le second concerne l’accès à la formation continue dans les milieux ruraux. Le personnel enseignant qui est éloigné géographiquement des universités et de leurs centres hors campus est souvent privé d’un développement professionnel qui donne droit à des crédits. L’actuel projet de soutien à la formation continue du personnel en milieu scolaire est implanté depuis trois ans et s’adresse aux enseignants du primaire et du secondaire; il permettra de multiplier les effets d’un programme de formation continue. Il s’agit en fait d’un programme court de formation de deuxième cycle, qui donne droit à des crédits et qui est accessible en ligne. Il s’intitule « Interventions dans les petites écoles et les classes multiâges en réseau ».

Dans ce programme court de formation, les participants apprennent à gérer une classe multiâge, à peaufiner leurs interventions didactiques et à créer des stratégies de collaboration qui mettent à contribution les technologies de l’information et de la communication (TIC). Cette formation continue a été implantée à l’automne 2010 par trois universités, soit l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et l’Université du Québec en Outaouais. Sur la base de ce programme court de formation, nous souhaitons maintenant concevoir une structure de valorisation des connaissances (Beaudry et autres, 2006) dans laquelle les enseignants formés deviendront des agents multiplicateurs dans leur milieu.

Avec la collaboration des enseignants actuellement inscrits au programme court de formation, notre projet permettra :

  1. de diffuser et de transférer à plus grande échelle, dans les milieux, les acquis concernant le programme court de formation;
  2. d’évaluer les retombées du programme court de formation et des structures de valorisation mises en place;
  3. de former et d’animer une communauté de praticiens en réseau (partage d’artéfacts numériques et groupe d’échanges professionnels);
  4. de concevoir des ressources accessibles par le web, dans un contexte de développement professionnel non crédité.

Perfectionnement des compétences professionnelles et transfert des connaissances : préparer la prochaine génération d’enseignants associés

Responsable : Fiona Benson 
 
Université : Université McGill

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Étant donné la nécessité de former un grand nombre de nouveaux enseignants associés pour remplacer la cohorte actuelle, l’atelier fournira aux enseignants associés actuels et futurs des écoles élémentaires et secondaires publiques de trois commissions scolaires partenaires les connaissances, les compétences et les habiletés nécessaires pour communiquer avec les enseignants en formation, de même que pour les encadrer et les préparer en leur permettant d’enrichir leurs compétences professionnelles. Ce projet comprend la conception, la mise en place et la transmission d’outils et de modules de formation pendant une période initiale de deux ans. La première année, le projet prévoit trois ateliers en ligne consécutifs et la création d’outils novateurs de formation et d’évaluation, entre autres des DVD montrant, en action, un enseignant associé et un enseignant en formation, un répertoire en ligne de la rétroaction fournie par les enseignants associés et un réseau de soutien. La deuxième année, nous analyserons les indicateurs de réussite et les utiliserons dans la conception de modules d’apprentissage en ligne destinés aux enseignants associés. Les ateliers en ligne, adaptés en fonction des indicateurs de réussite, seront repris l’année suivante. Les objectifs ultimes sont les suivants : créer un environnement de perfectionnement professionnel durable pour les enseignants associés; permettre aux enseignants associés, à leur retour dans leur école, de prendre l’initiative du transfert de connaissances afin d’assurer le renouvellement d’un bassin suffisant d’enseignants associés formés et efficaces et d’améliorer les programmes de préparation des enseignants.

La formation continue des enseignants du primaire en milieu à risque par une approche partenariale

Responsable : Nicole Tremblay 
 
Université : Université du Québec à Chicoutimi

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire

 

La région est mobilisée dans le cadre de la stratégie d’intervention Agir autrement (SIAA) en raison d’une forte proportion d’élèves issus des milieux à risque. C’est dans cette mouvance que la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean (CSLSJ) a demandé de recevoir des stagiaires dans les écoles ciblées par la SIAA. Elle avait un besoin urgent de développer une réflexion sur les pratiques enseignantes de collaboration école-famille-communauté. C’est pourquoi un solide partenariat université-milieu scolaire a été créé pour une recherche-action; une équipe de cinq chercheurs, à la suite de l’analyse des écrits pertinents, a élaboré avec le milieu un projet pilote pour mieux comprendre les besoins de la formation initiale et continue à offrir aux enseignants et aux futurs enseignants qui travaillent dans ces milieux. En raison de l’urgence de ces besoins, plusieurs partenaires du milieu scolaire, dont la direction régionale du Ministère du Saguenay–Lac-Saint Jean, ont appuyé ce projet pilote. Dans le cadre de ce dernier, douze stagiaires ont été jumelés avec douze enseignants associés afin d’établir les limites de leurs connaissances en matière de pratiques de collaboration école-famille-communauté. Les résultats préliminaires de cette recherche font ressortir une prise de conscience peu accentuée chez les enseignants en milieu à risque de l’importance cruciale de leur rôle sur le renouvellement des pratiques pédagogiques, notamment sur l’instauration d’une collaboration réelle avec le milieu de vie de l’élève. Ces résultats ont révélé les besoins de formation professionnelle tant des stagiaires que des enseignants en exercice (Dumoulin, Lévesque et Tremblay, 2009). Le projet de formation consiste à construire, avec les douze enseignants en milieu à risque et le Comité de suivi du projet initial, un programme court de deuxième cycle en enseignement en milieu à risque. La définition des besoins et l’élaboration d’un plan d’action seront suivies par l’expérimentation avec vingt nouveaux enseignants en milieu à risque auprès de qui l’approche réflexive sera privilégiée. L’évaluation des résultats de l’expérimentation conduira à la conception finale du programme court et à son implantation.

 

Projet initital - Soutien pédagogique à la formation continue des formateurs de stagiaires québécois

Responsable : Liliane Portelance 
 
Université : Université du Québec à Trois-Rivières

Personnel visé :

  • Formateurs (adultes, stagiaires, enseignants associés)

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Le projet s’insère dans le Plan d’action pour le suivi et l’implantation du Cadre de référence de la formation des formateurs de stagiaires, adopté à la Table MELS-universités en novembre 2008. À moyen terme, le projet vise à ce que les orientations ministérielles quant au renouveau pédagogique, l’approche culturelle de l’enseignement et le développement des compétences professionnelles soient prises en compte par les acteurs concernés. Les membres de l’équipe combineront leurs efforts avec les acteurs scolaires, notamment des enseignants associés et des formateurs d’enseignants associés. L’équipe travaillera en collaboration étroite et continue avec les membres du Comité interuniversitaire d’actualisation du Cadre de référence dans toutes les régions québécoises. Conjointement avec des praticiens, nous établirons les besoins de formation et expérimenterons du matériel utile et novateur. Étant donné l’importance de la concertation entre l’enseignant associé et le superviseur, le matériel produit pourra servir dans des formations communes aux deux catégories de formateurs.

Voici les objectifs spécifiques du projet :  

  1. avec la participation active du milieu scolaire, concevoir, mettre en application et évaluer des modalités d’actualisation du Cadre de référence;
  2. constituer un répertoire d’activités de formation à partir de ce qui existe dans les divers milieux et le diffuser dans l’ensemble du Québec;
  3. observer et documenter sur vidéo les manifestations des compétences des formateurs;
  4. soutenir les formateurs de stagiaires en vue du développement des compétences des stagiaires.
  5. contribuer à l’harmonisation de la formation des formateurs de stagiaires dans l’ensemble des milieux québécois.

Hypersensibilité et gestion de classe préventive à la Commission scolaire des Samares

Responsable : France Lacourse 
 
Université : Université de Sherbrooke

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Les objectifs du projet sont : 

  1. privilégier la gestion de classe (GC) préventive et efficace chez des enseignants novices;
  2. recourir à la pratique réflexive par l’intermédiaire de mentors et par l’observation participante analytique (démarche communicationnelle, comparative, mise en perspective, résolution de problèmes);
  3. soutenir la prise de conscience des spécificités culturelles et des processus d’intégration socioéducative des élèves en milieu défavorisé réputé difficile, dans le but d’une éducation citoyenne et de la réussite scolaire;
  4. soutenir le développement et l’insertion professionnelle (IP);
  5. produire des outils de formation en GC qui soient transférables.

Les écoles de la Commission scolaire des Samares sont situées en milieu défavorisé; 46 écoles sur 61 (primaire, 51; secondaire, 10) affichent un indice de défavorisation de 8,9 à 10 selon les critères du Ministère. Beaucoup d’enseignants novices sont très démunis en GC devant les comportements de leurs élèves. Dans le cadre des orientations ministérielles pour rehausser la réussite en milieu défavorisé, ces établissements bénéficient du financement alloué pour actualiser la stratégie d’intervention Agir autrement (SIAA). Pour faire suite aux travaux relatifs à la SIAA, un outil d’observation analytique de la pratique en GC a été créé : le LIMO (langage corporel, intérêt, moment, opportunité). Une formation continue axée sur le mentorat et la mise en œuvre de l’outil d’observation de la pratique soutiendra la GC des novices. La démarche de formation est ancrée dans le mentorat. Ils seront quinze mentors et quinze enseignants novices mentorés à recourir à l’observation participante pour dégager des occasions de maintenir et de restaurer l’engagement des élèves à la tâche. Les thèmes des formations portent sur le mentorat, l’intelligence sociale et émotionnelle (Bandura, 1986; Wulf, 2004), les occasions, l’hypersensibilité et l’improvisation (Pelletier et Jutras, 2008; Nault et Lacourse, 2008). Des rencontres pour dialoguer entre mentors et mentorés sur l’objet de formation sont prévues aux deux semaines. La production du guide de mentorat et de GC en IP mettra en évidence le potentiel de la formation.

Un mentorat pour l’insertion professionnelle : une double opportunité de formation continue

Responsable : Céline Garant 
 
Université : Université de Sherbrooke

Personnel visé :

  • Directions d’école et gestionnaires
  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Ce projet est consacré à l’un des domaines jugés prioritaires concernant les plans d’action et les orientations du Ministère : l’insertion professionnelle des nouveaux enseignants. Il offre une double occasion de formation, d’abord une formation initiale aux personnes débutantes, puis il soutient l’intégration et le développement professionnel de ces nouveaux enseignants. Pour les personnes accompagnatrices, il facilite le développement de compétences en mentorat tournées vers les préoccupations et les défis de la pratique enseignante d’aujourd’hui. Plus particulièrement, le projet vise à soutenir deux commissions scolaires de la Montérégie (Marie-Victorin et des Patriotes) dans la conception, l’application et l’évaluation d’une démarche de formation continue dont l’objectif est d’établir une communauté de mentorat pérenne au sein de leur organisation.

L’ensemble de la démarche repose globalement sur les actions concomitantes suivantes : 

  1. une démarche d’accompagnement de chaque milieu dans la mise en œuvre du dispositif de mentorat (établissement des critères de sélection et de jumelage, des conditions de réalisation et de réussite du mentorat) sous l’éclairage de recherches et d’expériences antérieures;
  2. une démarche de sensibilisation des conseillers pédagogiques et des directeurs d’établissement à l’importance de leur rôle dans la mise en place et la pérennité de ce dispositif;
  3. une démarche de formation des mentors (deux cohortes de vingt à vingt-cinq mentors) abordant les phénomènes de l’insertion professionnelle et proposant un modèle de mentorat dit « réflexif » (les approches pédagogiques retenues sont cohérentes avec une démarche d’apprentissage expérientiel et s’arriment aux préoccupations professionnelles initiales, à la gestion de classe notamment);
  4. une démarche de recherche-action dont les données seront réinvesties dans les formations, au moyen de démarches d’autoanalyse et de coanalyse, conduisant beaucoup plus loin le processus de formation (Beauchesne, Garant et Dumoulin, 2005).

 

Création d’un modèle d’accompagnement des enseignants associés : stratégies et documentation pour le perfectionnement des compétences

Responsable : Avril Aitken 
 
Université : Université Bishop

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

CONTEXTE : Les deux tiers des enseignants en formation de l’Université Bishop font un stage dans les écoles de la Commission scolaire Eastern Townships (CSET), et environ 135 enseignants de la CSET agissent comme enseignants associés pour un ou plusieurs étudiants de Bishop chaque année.

OBJECTIF DU PROJET : Ce projet de collaboration vise à enrichir le partenariat entre les professeurs de l’Université Bishop pour créer un modèle de formation transférable comprenant de la documentation et des stratégies. Le modèle permettra aux enseignants associés des 27 écoles et centres de la CSET de perfectionner leurs compétences (Portelance, Gervais, Lessard et Beaulieu, 2008). Il donnera également lieu à la création d’une communauté d’apprentissage virtuel pour appuyer les enseignants associés dans l’acquisition de connaissances et assurer le suivi de la révision du modèle (Clarke, 2009; Scardamalia, 2003).

ÉCHÉANCIER PRÉVU : Le projet dure trois ans; dans la première année, le modèle sera élaboré en collaboration à partir du cadre de compétences et de thèmes destiné aux enseignants associés (Portelance et coll., 2008) et des résultats d’une récente étude portant sur les expériences de stage à l’Université Bishop (Kreuger, 2009). Dans la deuxième année, les enseignants principaux et les professeurs appliqueront le modèle dans six écoles désignées et en feront l’évaluation et la révision en vue d’une application élargie. À la troisième année du projet, les enseignants principaux accompagneront tous les enseignants associés de la CSET.

RÉSULTATS PRÉVUS : Accompagnement de 135 enseignants associés de la CSET; modèle d’accompagnement des enseignants associés, transférable et utilisable par toutes les commissions scolaires anglophones; création d’une communauté d’apprentissage virtuel pour les enseignants associés de la CSET.

Promouvoir les méthodes d’enseignement réflexif à l’aide de PERLE

Responsable : Philip Abrami

Site Internet Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
 
Université : Université Concordia

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Secondaire

 

La phase I de ce projet de perfectionnement professionnel vise à présenter un portfolio électronique aux enseignants en formation et en fonction afin de promouvoir l’utilisation de méthodes d’enseignement réflexif ainsi qu’une culture de perfectionnement professionnel continu. Le portfolio électronique PERLE, destiné aux élèves de la maternelle à la 5e secondaire, s’est déjà révélé efficace pour améliorer les méthodes d’enseignement, les habiletés de lecture et d’écriture et l’apprentissage autorégulé (AAR) dans des classes de tout le Canada.

Le projet vise à faire connaître PERLE à un plus grand nombre d’enseignants du Québec dans le but : 

  1. de favoriser l’utilisation de méthodes centrées sur l’étudiant,
  2. de promouvoir une culture d’enseignement réflexif,
  3. de créer des relations de mentorat durables entre les nouveaux enseignants et les enseignants principaux,
  4. d’appuyer le perfectionnement professionnel continu des enseignants et
  5. de leur fournir un support Web multimédia permettant de confirmer l’acquisition des 12 compétences professionnelles définies par le Ministère.

La version actuelle du logiciel PERLE sera présentée aux enseignants en formation et en fonction, et peaufinée pour répondre aux besoins des étudiants adultes. Le projet de formation, de recherche et de perfectionnement se déroulera sur deux ans et sera axé sur les enseignants en formation ou en fonction, les chercheurs en éducation et les conseillers pédagogiques. Les participants apprendront à utiliser le logiciel PERLE dans leur classe et à s’en servir pour se donner des objectifs, obtenir de la rétroaction et réfléchir sur leur propre perfectionnement professionnel. Une formation et un soutien constants seront proposés sous la forme d’ateliers de suivi, de visites dans les classes, de groupes de discussion, de soutien en temps réel par le biais du logiciel, d’un wiki avec modérateur, de réunions pédagogiques et d’un soutien individuel, selon les besoins.

Renforcer le savoir d’expérience, les compétences et la professionnalité des enseignants associés à travers une recherche-action-formation en communauté de pratique

Responsable : Monique L’Hostie 
 
Université : Université du Québec à Chicoutimi

Personnel visé :

  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire
  • Secondaire

 

Le projet est une recherche-action-formation (RAF) regroupant des enseignants associés (EA) du primaire et du secondaire qui souhaitent parfaire leur pratique professionnelle, notamment ceux qui accueillent des stagiaires étrangers ainsi que des jeunes enseignants qui aspirent à la fonction. Le projet est complémentaire au programme de formation de base offert aux EA par l’Université du Québec à Chicoutimi. Il va également contribuer au développement de leurs compétences (référentiel 2008) et renforcer leur identité de formateur de la relève enseignante en mettant en valeur le « savoir d’expérience » issu de la pratique.

L’équipe de recherche veut amener les EA à s’inscrire dans une démarche collaborative, grâce à un ensemble de dispositifs de coformation « accompagnée », à un site Web et à des activités ponctuelles, pour : 

  1. analyser leur propre savoir d’expérience élaboré sur le terrain en contexte de stage;
  2. systématiser ce savoir à des fins de diffusion;
  3. bonifier leur savoir avec le concours des membres de l’équipe de recherche;
  4. accélérer le développement de « l’agir compétent » par le partage et la mise en valeur de ce savoir au sein de la communauté de pratique constituée dans le cadre du projet.

La principale retombée attendue est une plus grande maîtrise des situations de formation en contexte de stage, ce qui sous-tend, à terme, une amélioration sensible de la formation à l’enseignement en milieu de pratique.

Mentorat réciproque et communauté d’apprentissage pour le développement de compétences professionnelles au moyen de la création de projets d’écriture qui intègrent les technologies de l’information et de la communication

Responsable : Martine Peters 

Site Internet Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
 
Université : Université du Québec en Outaouais

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Enseignants

Ordre d'enseignement :

  • Primaire

 

De récentes recherches attestent que les enseignants en exercice au Québec se sentent souvent démunis quand il s’agit de concevoir des situations pédagogiques différenciées qui répondent aux besoins de leurs élèves, tout en étant conformes au programme. De plus, les enseignants ne possèdent pas nécessairement toutes les compétences professionnelles, notamment en ce qui a trait à l’intégration pédagogique des technologies de l’information et de la communication (TIC). Les futurs enseignants investissent, quant à eux, un nombre important d’heures à étudier et à comprendre le programme, les différents modèles et les théories d’enseignement ainsi que les nouvelles approches technopédagogiques propres au renouveau pédagogique. Malheureusement, au cours de leur formation initiale, les futurs enseignants travaillent souvent en vase clos, confinés sur le plan de la théorie, sans grands contacts avec la réalité scolaire. Comment ces deux groupes pourraient-ils profiter mutuellement de leurs compétences respectives? Ce projet a pour objectif de mettre en relation l’expérience d’un enseignant en exercice au primaire avec les connaissances des nouvelles approches pédagogiques et technopédagogiques d’un futur enseignant dans une relation de mentorat réciproque. Un mentorat réciproque entre l’enseignant en exercice et le futur enseignant s’établira pour élaborer un projet d’écriture concret qui répondra aux besoins des élèves de l’enseignant en exercice. Le partage de connaissances et d’expériences alimentera les échanges qui favoriseront le développement des compétences professionnelles chez les deux partenaires. Pour maximiser les bénéfices et pour mieux diffuser les leçons apprises et les bonnes pratiques, tous les participants au projet seront réunis en communauté d’apprentissage professionnelle (CAP).

Formation continue des enseignants associés à l’accompagnement des stagiaires en enseignement

Responsable : Joanne Pharand 
 
Université : Université du Québec en Outaouais

Personnel visé :

  • Enseignants
  • Formateurs (enseignants associés)

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 
  • Primaire
  • Secondaire

 

L’Université du Québec en Outaouais a conçu, à partir des discussions avec les partenaires du milieu, la première partie de son nouveau programme de formation des enseignants associés. La Table de concertation régionale de l’Outaouais a entériné la mise en place de ce programme selon les modalités choisies par les commissions scolaires. Pour 2008-2009, celles-ci ont demandé de recevoir l’équivalent d’une journée et demie de formation, soit neuf heures, pour ensuite poursuivre la seconde partie en 2009-2010 avec neuf autres heures. Or, le Groupe de travail interuniversitaire provincial qui a travaillé à l’élaboration du cadre de référence pour la formation des formateurs de stagiaires recommande une formation de base de trente heures pour les enseignants associés. Le programme de l’Université du Québec en Outaouais comportera vingt sept heures d’ici deux ans.

Pour le dernier atelier de la deuxième année et les trois ateliers de la troisième année du programme, nous souhaiterions nous adjoindre quatre partenaires du milieu (enseignants), un par commission scolaire, pour : 

  1. parachever les ateliers en tenant compte du cadre de référence et des besoins du milieu;
  2. concevoir du matériel (dont une vidéo d’entretiens avec des stagiaires, des enseignants associés et des superviseurs).

Dans le contexte du cadre de référence, ce programme vise l’atteinte des orientations ministérielles qui encouragent le développement de compétences spécifiques des enseignants associés à leur rôle de formateur de la relève en enseignement. Ce projet cible trois objectifs :

  1. élaborer et implanter un programme de formation des enseignants associés;
  2. élaborer du matériel (dont une vidéo) pour soutenir cette formation;
  3. favoriser la collaboration d’enseignants associés pour la conception et l’évaluation des ateliers et du matériel de soutien.

Renouvellements

Premier renouvellement - Soutien pédagogique à la formation continue des formateurs de stagiaires au Québec 2

Responsable : Liliane Portelance 
 
Université : Université du Québec à Trois-Rivières

Personnel visé :

  • Enseignants
  • Formateurs (stagiaires, superviseur, enseignants associés)

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire
  • Primaire
  • Secondaire

 

Le projet se veut d’abord une poursuite de ce qui a été entrepris en vue de soutenir le développement des compétences des enseignants associés, telles qu’elles sont définies dans le Cadre de référence de la formation des formateurs de stagiaires (Portelance et autres, 2008). Toujours en collaboration étroite avec des partenaires de toutes les régions du Québec, l’équipe de recherche poursuivra l’analyse de l’appréciation du matériel produit ainsi que des modalités de son utilisation. Dans la perspective du développement de communautés de pratique et du renforcement d’une culture de formation continue, l’équipe mettra en place des outils à la portée des praticiens qui permettront d’analyser les pratiques de formation des stagiaires et, le cas échéant, les pratiques de formation d’enseignants associés. L’équipe de recherche désire documenter les retombées constructives sur les pratiques de l’ensemble des enseignants associés et documenter les modalités d’utilisation des associés et de leurs formateurs en vue de les inciter à faire l’analyse individuelle et collective de leurs pratiques de formation et de faire émerger une professionnalité qui intègre des communautés de praticiens. L’objectif à long terme demeure la formation d’une relève enseignante de qualité, appelée à exercer la profession enseignante dans un contexte éducatif de plus en plus complexe. La demande de renouvellement se fait dans la continuité du projet commencé en 2010 avec comme objectif général le développement, en collaboration avec des partenaires de toutes les universités du Québec et du milieu scolaire, de pratiques harmonisées de formation des enseignants associés au Québec, axées sur le perfectionnement de leurs compétences de formateurs et bien ancrées dans les orientations ministérielles, et ce, afin d’offrir la meilleure formation possible aux stagiaires en enseignement.

Devant l’ampleur des ressources mises à contribution dans tout le Québec depuis le début du projet, il serait frustrant de ne pas se rendre au bout de la démarche alors que plusieurs partenaires des milieux scolaires et universitaires se sont dits prêts à poursuivre (voir les lettres d’appui des commissions scolaires et la liste des collaborateurs qui représentent les milieux universitaires francophones).

Optimiser l’utilisation du tableau numérique interactif (TNI) à l’éducation préscolaire : recherche-action avec et pour des enseignants associés à l’éducation préscolaire et leurs stagiaires

Responsable : Carole Raby 

Site Internet Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
 
Université : Université du Québec à Montréal

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Enseignants
  • Formateurs (stagiaires, enseignants associés)

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire

 

En 2011, le gouvernement annonçait un investissement important sur cinq ans pour doter toutes les classes du Québec d’un tableau numérique interactif (TNI). Or, la seule accessibilité d’une technologie ne garantit en rien son efficacité pédagogique. Les bénéfices retirés pour l’apprentissage dépendent largement de la manière dont le TNI est utilisé en classe et ils semblent notamment tributaires de la possibilité pour les élèves eux-mêmes d’interagir directement avec le TNI plutôt que d’observer l’enseignant s’en servir, surtout si cette interaction est rendue visible et fait l’objet de discussion en classe. En ce sens, plusieurs recherches démontrent les bénéfices d’une utilisation partagée ou collaborative du TNI en classe. Or, lorsqu’ils commencent à utiliser le TNI, les enseignants ont tendance à l’intégrer à leurs pratiques pédagogiques habituelles, à le monopoliser, à y appeler les élèves à tour de rôle pour y intervenir ponctuellement et à l’utiliser dans un contexte d’enseignement en grand groupe.

Ce projet vise trois objectifs :

  1. développer un dispositif de formation destiné à des dyades enseignantes associées à l’éducation préscolaire et leurs stagiaires;
  2. former les enseignants à une utilisation optimale du TNI à l’éducation préscolaire pour favoriser le développement de compétences chez les élèves de la maternelle;
  3. étudier le potentiel du dispositif de formation continue pour le développement de la compétence professionnelle à intégrer les technologies de l’information et de la communication (TIC) chez les enseignants en exercice et les futurs enseignants.

Quatre chercheurs, quatre conseillers pédagogiques et trois enseignantes expertes, soit l’équipe de coordination, élaboreront un dispositif de formation; trente-six dyades enseignantes associées et leurs stagiaires (douze formations par année pendant trois ans) participeront à cinq journées de coconstruction au cours desquelles ces personnes seront formées et concevront des activités collaboratives au TNI. Entre les rencontres, les enseignants les expérimenteront ensemble (étayage et entraide) en classe. À chaque rencontre, ils en feront le bilan et résoudront leurs défis en dyade et avec l’ensemble des participants. Ils réfléchiront aussi à l’efficacité du dispositif de formation, et participeront à son évaluation régulière et à sa bonification progressive. Les données seront collectées à l’aide de questionnaires, d’entrevues, de journaux réflexifs et de bilans de pratiques.

Les retombées potentielles sont multiples, tant au niveau de la construction de connaissances scientifiques sur les dispositifs de formation continue des enseignants (futurs et en exercice) que du changement de pratiques liées à l’utilisation du TNI.

La science, au cœur et autour de nous – Démarche d’accompagnement pédagogique en tétrade en didactique des sciences au primaire au moyen de l’interdisciplinarité et de situations authentiques

Responsable :Sylvie Viola 
 
Université : Université du Québec à Montréal

Personnel visé :

  • Conseillers pédagogiques
  • Directions d'école et gestionnaires
  • Enseignants
  • Formateurs (adultes, stagiaires, superviseur, etc.)

Ordre d'enseignement :

  • Primaire

 

Ce projet de renouvellement fait suite à nos constatations voulant que les futurs enseignants du primaire ne soient pas suffisamment formés pour enseigner la science au primaire, puisqu’ils ne reçoivent aucune rétroaction des superviseurs de stage à l’égard de la mise en œuvre des situations d’apprentissage et d’évaluation en classe de stage. Au cours de leurs premières années d’enseignement, les nouveaux enseignants consacreront peu de temps à cette matière et privilégieront davantage le français et la mathématique. Par la suite, s’ils ne reçoivent pas de formation de qualité et d’une durée appréciable dans ce domaine, ils développeront un sentiment d’incompétence par rapport à celui-ci. Une façon d’envisager la science consisterait à amener les enseignants à comprendre qu’elle est au cœur de tout ce qui nous entoure, puis de les accompagner pour qu’à leur tour ils la rendent plus significative aux yeux des élèves. Ainsi, comme le propose un avis du Conseil supérieur de l’éducation (2013), le défi actuel en éducation consisterait à favoriser l’intégration réelle de la science aux autres disciplines et aux domaines généraux de formation, à mettre en place des équipes d’enseignants pour assurer la continuité des apprentissages dans le contexte d’un programme flexible et à accompagner les enseignants dans l’élaboration de situations d’apprentissage et d’évaluation significatives pour l’élève, conformes aux intentions du programme, réalistes et adaptées aux différents milieux. Le présent projet est le second d’une suite et s’inscrit dans la même lignée; il propose un accompagnement à l’interdisciplinarité dont la science serait le point central de la démarche tout en proposant des situations d’apprentissage significatives et culturellement ancrées. Ainsi, pour que le futur enseignant entame une démarche professionnelle en ce sens, il devra être accompagné dans sa démarche réflexive. En ce sens, des vidéos de pratique seront utilisées dans les rencontres en tétrade pour faire prendre conscience aux enseignants associés et aux stagiaires de l’évolution de leurs pratiques. Ces vidéos seront ensuite partagées et analysées au sein de l’équipe-cycle ou de l’équipe-école (équipe de transfert). Nous croyons que cet accompagnement élargi aura des effets positifs sur la formation des enseignants, des équipes-cycles, des futurs enseignants et des élèves.

Deuxième renouvellement - Soutien pédagogique à la formation continue des formateurs de stagiaires au Québec

Responsable : Liliane Portelance 
 
Université : Université du Québec à Trois-Rivières

Personnel visé :

  • Enseignants
  • Formateurs (stagiaires, superviseur, enseignants associés)

Ordre d'enseignement :

  • Préscolaire 
  • Primaire
  • Secondaire

 

Le projet se veut, d’une part, une poursuite du projet initial de conception et de validation de matériel et d’activités pour la formation des enseignants associés, en vue de soutenir le développement des compétences définies dans le Cadre de référence pour la formation des formateurs de stagiaires (Portelance et autres, 2008). D’autre part, toujours en collaboration étroite avec des partenaires de toutes les régions du Québec (les membres du  Comité interuniversitaire d'actualisation du Cadre de référence (CIACRE) et leurs partenaires des milieux scolaires), l’équipe de recherche évaluera l’utilisation du matériel en fonction de ses effets perçus respectivement par les formateurs et les enseignants associés; de plus, elle analysera des pratiques de formation en contexte naturel afin d’y déceler d’éventuels indices d’une formation continue qui favorise le développement d’une communauté de pratique chez les enseignants associés.

Appreciation Form

Appreciation Form
Comment avez-vous trouvé ce contenu?
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.