Ski alpin

Le chapitre V.1 de la Loi sur la sécurité dans les sports et le Règlement sur la sécurité dans les stations de ski alpin contiennent des dispositions qui s’adressent à l’exploitant d’une station de ski alpin. Est considérée comme « skieur alpin » toute personne qui pratique un sport sur une piste de ski alpin, ce qui comprend les personnes qui pratiquent le surf des neiges et le mini-ski.

La réglementation contient des dispositions qui touchent notamment :

L’affichage et la signalisation

La réglementation prescrit la couleur, les dimensions et les pictogrammes des panneaux de signalisation qu’on doit trouver à différents endroits dans la station (à la billetterie, aux embarcadères et débarcadères des remontées mécaniques, au début des pistes et le long du parcours). L’affichage permet aux glisseurs de :

  • prendre connaissance des règles de conduite;
  • s’orienter dans l’ensemble du domaine skiable;
  • connaître le degré de difficulté des pistes;
  • repérer les situations potentielles de risque.

Le Code de conduite en montagne

L’exploitant a l’obligation d’afficher le Code de conduite en montagne à la billetterie de la station ainsi qu’à l’embarcadère de chaque remontée mécanique. Le Code indique les principales règles que le glisseur doit respecter, et l’exploitant doit prendre les mesures raisonnables pour en assurer le respect. Le Code s’applique autant dans les pistes que dans un parc à neige.

  1. Conservez la maîtrise de votre vitesse et de votre direction. Assurez-vous d’être en mesure d’arrêter et d’éviter toute personne ou obstacle.
  2. Cédez la priorité aux personnes en aval (plus bas) et empruntez une direction qui assure leur sécurité.
  3. Arrêtez dans une piste uniquement si vous êtes visible des personnes en amont (plus haut) et si vous n’obstruez pas la piste.
  4. Cédez le passage aux personnes en amont (plus haut) lorsque vous vous engagez dans une piste de même qu’aux intersections.
  5. Si vous êtes impliqué dans un accident ou en êtes témoin, demeurez sur les lieux et identifiez-vous à un secouriste.
  6. Utilisez et portez en tout temps un système approprié de rétention de votre équipement.
  7. N’utilisez pas les remontées mécaniques et les pistes si vous êtes sous l’influence de drogues ou d’alcool.
  8. Respectez toute signalisation et avertissement et ne vous aventurez jamais hors piste ou sur des pistes fermées.

Les véhicules motorisés

Pour éviter des accidents entre un glisseur et un véhicule motorisé, que ce soit une motoneige, un véhicule tout-terrain ou une chenillette, la réglementation prévoit des dispositions sur :

  • l’ équipement d’avertissement sonore et visuel dont doivent être munis ces véhicules;
  • les mesures de sécurité particulières s’appliquant à la circulation de ces véhicules pendant les heures d’ouverture d’une station.

Les services de secourisme

L’exploitant d’une station doit fournir des services minimaux qui permettent de secourir une personne blessée. La réglementation prescrit notamment :

  • le contenu de formation et de réattestation des secouristes. Les organismes pouvant donner cette formation doivent être agréés par le ministre (voir la liste des organismes agréés);
  • l’équipement de secourisme suivant :
    • la trousse de chaque secouriste;
    • le contenu de la salle de premiers soins;
    • les toboggans pour le transport des blessés.

Les parcs à neige

Les installations et aménagements destinés à l’exécution de sauts ou d’autres figures constituent un parc à neige. L’exploitant de la station a l’obligation de signaler les accès à un parc, de le délimiter physiquement et d’indiquer les règles de conduite qui s’y appliquent en plus du Code de conduite en montagne. Il est à noter que le port du casque est obligatoire pour les utilisateurs de modules dans toutes les stations de ski du Québec.

Les parcs à neige municipaux

Le Règlement sur la sécurité dans les stations de ski alpin (R.R.Q., c-S-3.1, r. 10) (RSSSA), entré en vigueur en 1988, a pour but d’assurer la sécurité des adeptes de sports de glisse d’hiver. Les exploitants et exploitantes de stations doivent se conformer à des dispositions visant notamment la signalisation des pistes, les services de secourisme, la circulation des véhicules motorisés, la production de rapports d’accident et l’application de règles de conduite par les adeptes.

Les tendances et les pratiques que l’on observe dans les stations sont en constante évolution si bien que le règlement prévoit depuis l’année 2000 des dispositions visant les parcs à neige. Ainsi, selon son article 21, « les installations et les aménagements destinés à l’exécution de sauts ou d’autres figures constituent un parc à neige ». À cet effet, une municipalité dont les aires de glissade d’hiver contiennent des aménagements comme des sauts ou des rails peut être considérée comme une station de ski alpin et elle devrait se conformer à la réglementation sur la sécurité dans les stations de ski alpin.

Il importe de préciser que ce ne sont pas toutes les dispositions de la réglementation qui s’appliquent à une municipalité ayant un parc à neige, entre autres si celle-ci n’offre pas des pistes de descente en ski alpin et en surf des neiges. De plus, des exclusions sont prévues à l’article 9 du RSSSA ainsi que par le Règlement sur les exclusions à la Loi sur la sécurité dans les sports et au Règlement sur la sécurité dans les stations de ski alpin.

De façon générale, un parc à neige municipal devrait respecter les dispositions suivantes :

  • Loi sur la sécurité dans les sports
    • Art. 46.4 : affichage du Code de conduite en montagne, des règles et des sanctions.
    • Art. 46.5 : indication sur le billet de l’obligation de respecter le Code et, s’il y a lieu, les autres règles.
    • Art. 46.7 et 46.8.1 : présence de secouristes, local et équipement de premiers soins, toboggan, obligation de donner les soins à une personne blessée et, s’il y a lieu, de l’évacuer vers des soins hospitaliers.
    • Art. 46.8.2 : devoir de remplir un rapport d’accident.
    • Art. 46.10 : patrouille du parc (présence d’un surveillant durant les heures d’ouverture).
    • Art. 46.12 : devoir de prendre les mesures raisonnables pour assurer le respect du Code.
  • Règlement sur la sécurité dans les stations de ski alpin
    • Art.1 : affichage du Code de conduite en montagne, des règles et des sanctions à l’embarcadère d’une remontée, si c’est le cas, ou à l’entrée du parc.
    • Art. 7.1 et 7.2 : formation et renouvellement de la certification des secouristes par des organismes agréés par le ministre.
    • Art. 8 : trousse des secouristes.
    • Art. 9 à 11 : local et matériel de secourisme.
    • Art. 12 : formulaire de rapport d’accident.
    • Art. 22 : délimitation physique du parc et affichage du pictogramme 212.
    • Art. 23 : affichage des règles du parc et des sanctions.
    • Art. 24 (en vigueur à partir de novembre 2011) : affichage du pictogramme 252 (casque obligatoire pour les utilisateurs de modules).

Le rapport d’accident

L’exploitant d’une station doit rédiger un rapport d’accident lorsqu’un secouriste intervient auprès d’une personne blessée. Les rapports d’accident constituent une source d’information importante, car leur analyse permet de dresser le portrait des blessures survenant dans les stations de ski et d’orienter les mesures de prévention.

Nous joindre

Organismes agréés pour la formation des secouristes

  • Institut national de secourisme du Québec
  • Montagne Explore inc.
  • Patrouille canadienne de ski
  • Station Mont Sainte-Anne
  • Trauma Experts

Appreciation Form

Appreciation Form
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.