Hockey

Cette section a été conçue pour expliquer comment s'applique le Règlement sur les équipements protecteurs requis pour la pratique du hockey sur glace et comment choisir les pièces d'équipement appropriées répondant aux exigences imposées par le Règlement et assurant la meilleure protection.

Interprétation et champ d'application

L'article 1 du Règlement définit le champ d'application. Il se lit comme suit :

« Toute personne qui participe à une activité de hockey sur glace doit porter les équipements protecteurs suivants lorsque cette activité est exercée sur une aire de jeu ayant fait l'objet d'une réservation à cette fin... »

Le Règlement vise les avants, les défenseurs et les gardiens de but; l'arbitre et l'entraîneur n’y sont pas visés. Toutefois, l'entraîneur qui s'impliquerait dans la partie comme joueur serait visé par le Règlement.

Activité de hockey sur glace

L'appellation « hockey sur glace » fait référence à l'activité pratiquée sur une surface glacée. Elle est caractérisée par l'utilisation de patins, d'un bâton de hockey et d'une rondelle. Le Règlement s'applique lorsque ces trois instruments sont utilisés par le participant.

Les activités de hockey sur glace regroupent :

  • les parties;
  • les entraînements;
  • le hockey libre;
  • les « écoles » de hockey;
  • les cours de hockey où l'élève est un joueur (par opposition aux cours d'intervention en hockey où l'élève est entraîneur ou arbitre).

Activité exercée sur une aire de jeu ayant fait l'objet d'une réservation à cette fin

Quel que soit le lieu de l'entraînement, lorsque le hockey sur glace est défini comme l'activité qui doit se dérouler sur une aire réservée, le Règlement doit être respecté. Ce ne sont pas les caractéristiques du lieu de l'entraînement (extérieur ou intérieur), mais bien sa réservation effective pour l'activité de hockey sur glace qui est déterminante aux fins d'application du Règlement. Le seuil d'intervention fixé est donc lié à la présence d'un certain niveau de planification et de concertation préalable.

Par exemple, dans un contexte scolaire, on peut facilement penser que lorsqu'une personne-ressource ou une école réserve pendant un certain temps une patinoire pour la mettre exclusivement à la disposition des élèves pour qu'ils puissent jouer, s'entraîner ou apprendre les rudiments du hockey sur glace, ceux-ci sont dans l'obligation de porter les équipements protecteurs requis.

À l'opposé, les jeunes qui utilisent « spontanément » une aire laissée libre, pendant la récréation par exemple, ne sont pas visés par le Règlement. Le mot « spontanément » indique bien que ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont décidé de l'activité et que, parallèlement, la glace n'était pas réservée par l'école pour l'activité de hockey sur glace. La glace était donc libre pour tout type d'activité et ce sont les jeunes qui ont pris la décision.

Équipement protecteur

Le casque protecteur

Normes : Casques de hockey CAN3-2262.1-M83 ou Casques de hockey CAN/CSA-Z262.1-M90

La certification ACNOR (Association canadienne de normalisation, aussi connue sous le nom de CSA [Canadian Standard Association]), assure que les casques protecteurs et les protecteurs faciaux sont conçus de façon à offrir la meilleure protection possible au joueur.

On doit rechercher les casques certifiés par l'ACNOR. La plupart des casques de hockey présentement sur le marché répondent à cette norme.

Le protecteur facial complet

Normes : Protecteurs faciaux pour joueurs de hockey sur glace et de crosse CAN3-Z262.2-M78 ou Protecteurs faciaux et visières pour joueurs de hockey sur glace CAN/CSA-Z262.2-M90, types 1, 2 ou 3.

  • Type 1 : protecteur facial destiné aux personnes de plus de 10 ans, autres que les gardiens de but.
  • Type 2 : protecteur facial destiné aux personnes de 10 ans ou moins, autres que les gardiens de but.
  • Type 3 : protecteur facial destiné aux gardiens de but.

La norme ACNOR assure que le protecteur facial résiste aux impacts de rondelle subis au cours de la pratique normale du hockey sur glace, qu'il empêche la lame du bâton de toucher toute partie du visage et que les champs visuels périphériques du joueur ne sont pas affectés.

Il existe deux catégories de protecteurs faciaux complets répondant à la norme ACNOR :

  • la grille, protecteur facial formé de tiges métalliques (cette grille peut être utilisée par les avants, les défenseurs et les gardiens de but);
  • la visière complète, protecteur facial fait de polycarbonate, un matériau transparent très résistant aux chocs (cette visière complète peut être utilisée par les avants et les défenseurs).

Vérifiez soigneusement que le protecteur facial que vous achetez est compatible avec le casque que vous avez déjà ou que vous comptez vous procurer. Les protecteurs faciaux sont certifiés en fonction des casques auxquels ils peuvent être fixés. La norme exige que le fabricant indique clairement sur une étiquette accompagnant le produit certifié le ou les casques à utiliser.

Attention!
Les visières ne protégeant que le haut du visage ne peuvent être portées que par les arbitres et les joueurs évoluant au sein d'une ligue visée par une exception au Règlement sur les équipements protecteurs requis pour la pratique du hockey sur glace. L'utilisation par les joueurs de hockey du protecteur combiné (visière et grille), même s'il est certifié conforme à la norme Z262.2 M90 type 4 (ACNOR), est interdite au Québec. Pour sa part, le port du modèle combiné certifié conforme à la même norme, mais du type 1, est permis.

Le protège-cou

Norme : Protège-cou pour joueurs de hockey et de ringuette NQ.9415-370. Voici les caractéristiques d'un bon protège-cou :

  • il couvre toute la face antérieure du cou située entre sa base et l'extrémité supérieure de la pomme d'Adam;
  • il est fait d'un matériau empêchant un coup de lame de patin de couper ou de lacérer la partie protégée du cou, comme le Kevlar, le tissu balistique ou le polyéthylène, qui sont tous trois des matériaux à rechercher;
  • il est conçu de façon à empêcher son déplacement au cours du jeu.