Partenaires en loisir

Associations québécoise de loisir pour personnes handicapées (AQLPH)

Les associations régionales de loisir pour personnes handicapées (ARLPH) regroupent seize associations réparties à travers le Québec. De plus, ces associations ont donné naissance à un organisme provincial de concertation dont elles sont membres, soit l’Association québécoise de loisir pour personnes handicapées Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (AQLPH). Ces organismes travaillent à la promotion, à la concertation et au développement du loisir pour les personnes handicapées.

Depuis 1997-1998, les ARLPH collaborent à la gestion du Programme d’accompagnement en loisir pour les personnes ayant une déficience. Elles ont également le mandat de gérer le Programme d’aide en loisir pour les personnes vivant avec un handicap, programme qui vise à soutenir financièrement les organismes locaux de loisir et de sport qui soumettent des projets en vue de réaliser des activités pour les personnes handicapées dans leur communauté. Chaque ARLPH peut adapter ce programme en fonction des particularités de sa région. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, communiquer avec l’ARLPH de la région concernée.

Ces associations régionales de loisir pour personnes handicapées regroupent plus de 500 associations locales et plus de 200 000 membres.

 

Vers le haut

Association québécoise du loisir municipal (AQLM)

Issue de la fusion de l’Association québécoise des directeurs et directrices du loisir municipal et du Regroupement québécois du loisir municipal, l’Association québécoise du loisir municipal Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (AQLM), créée le 1er octobre 1999, est considérée comme un partenaire privilégié du Ministère, notamment concernant le partage de l’information ou la réalisation de projets conjoints.

Forte de ses 600 membres répartis dans 220 municipalités du Québec, l'AQLM est reconnue, par le Ministère, comme étant un acteur et un interlocuteur majeurs du développement du loisir municipal au Québec.

Par le regroupement des forces municipales en loisir au Québec, l’AQLM facilite l’adaptation des interventions municipales et locales en loisir, favorise l’atteinte d’objectifs majeurs et contribue au développement d’outils communs pour ses membres.

En plus d’être un organisme de regroupement des travailleurs professionnels en loisir municipal, l’Association se définit comme :

  • un organisme de promotion du loisir municipal;
  • un organisme au service de ses membres;
  • un organisme de développement des pratiques professionnelles de ses membres;
  • un organisme fonctionnant principalement à partir de l’implication de ses membres.

Ses principaux enjeux sont :

  • la reconnaissance de l’expertise des travailleurs professionnels en loisir municipal;
  • la transformation du service municipal de loisir comme partenaire du réseau des organisations locales, institutionnelles et associatives;
  • la reconnaissance de l’utilité et des bénéfices du loisir;
  • l’élargissement du mandat de loisir à celui de la vie communautaire;
  • l’affirmation de la maîtrise d’œuvre de la municipalité en loisir.

Son plan d’action est composé de quatre programmes :

  • le programme de mise en œuvre;
  • le programme politique;
  • le programme de services aux membres;
  • le programme de développement des pratiques professionnelles.

Vers le haut

Comité de la Fête nationale de la Saint-Jean

Le gouvernement du Québec reconnaît le Comité de la Fête nationale de la Saint-Jean Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. comme le producteur et le responsable de l’organisation et du développement du grand défilé de la Fête nationale du Québec et de la manifestation d'impact national à Montréal.

Vers le haut

Conseil québécois du loisir (CQL)

Le Conseil québécois du loisir Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (CQL) est un organisme à but non lucratif qui regroupe et représente les organismes nationaux de loisir du Québec. Ces derniers chapeautent plus de 130 organismes régionaux, 7 000 clubs locaux, 1 035 000 membres individuels et 135 000 bénévoles de toutes les régions du Québec. Ils sont présents sur le territoire de 650 municipalités locales et rejoignent, par leurs activités, 3,5 millions de Québécoises et Québécois.

Tel que le stipule le Cadre d’intervention gouvernementale en matière de loisir et de sport, le Ministère reconnaît que le CQL joue un rôle de concertation et de représentation à l’égard des organismes de loisir dont la mission est de promouvoir et de valoriser l’organisation du loisir ainsi que les bénévoles ressources essentielles du milieu. De plus, il réalise des projets et des événements pour ses membres et conduit des études sur l’influence économique et sociale du loisir.

Afin de mettre en valeur les diverses dimensions du loisir, le Conseil québécois du loisir (CQL) favorise la concertation de ses membres sur des bases sectorielles du loisir (culturel, plein air, scientifique, socio-éducatif, tourisme), mais également sur d’autres thématiques telles que l’économie sociale, la sécurité dans les activités récréatives et l’action communautaire.

Le CQL est un partenaire important du Ministère. Depuis 1999, il organise le Forum québécois du loisir tous les 2 ans.

On peut consulter le site du Conseil québécois du loisir Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour obtenir de l’information sur les organismes nationaux de loisir du Québec.

Vers le haut

Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ)

Le gouvernement du Québec reconnaît le Mouvement national des Québécoises et Québécois Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. comme le coordonnateur principal responsable de l’organisation et du développement de manifestations locales, régionales et nationales de la Fête nationale du Québec.

Voir aussi le Programme d'assistance financière aux manifestations locales de la Fête nationale du Québec.

Vers le haut

Organisation internationale de tourisme social (OITS)

Constitué le 7 juin 1963 à Bruxelles, le Bureau international de tourisme social Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. avait pour but de « favoriser le développement du tourisme social dans le cadre international, en coordonnant les activités touristiques de ses membres et en les informant sur toutes matières concernant l’évolution du tourisme social dans le monde ».

L'Organisation internationale de tourisme social (OITS) entend être le creuset de toutes les préoccupations, recherches et expériences favorisant le développement du tourisme social à travers le monde.

À la base du OITS se trouvent les organisations nationales de tourisme social, c’est-à-dire les organisations dont le but principal sinon exclusif est le développement du tourisme social. Ce sont d’abord les organisations associées, largement les plus nombreuses, qui composent l’assemblée générale et disposent du droit de vote et d’éligibilité au conseil d’administration.

Ce sont aussi les organisations affiliées dont les objectifs ne sont pas uniquement ceux du tourisme social même si elles les partageant largement. Elles participent à toutes les activités de l'OITS sans droit de vote.

Sont également membres à part entière de l'OITS les organisations internationales de tourisme et de la jeunesse qui reconnaissent dans l'OITS un lieu de rencontre et de coordination des efforts en vue du développement des objectifs du tourisme social.

Par ailleurs, afin de répondre mieux et plus concrètement aux besoins des différentes régions du monde, l'OITS a décidé, en 1990, de constituer des sections régionales, soit l'Europe et l'Amérique.

Le Ministère est devenu membre de l'OITS (par l'OITS-Amériques) en 1994 et le Ministère y représente maintenant le gouvernement du Québec.

Vers le haut

Organismes nationaux de loisir

Les organismes nationaux de loisir du Québec sont des organismes à but non lucratif issus du milieu associatif. Pour l’État, ils constituent un levier de développement en matière de loisir organisé.

Leur structure démocratique est garante d’une gestion répondant aux besoins de la population, car elles existent grâce à la volonté de leurs membres, qui décident de leurs orientations, les gèrent et les financent. Les membres, tant associatifs qu’individuels, des organismes nationaux de loisir sont enracinés dans toutes les régions, dans toutes les villes et dans tous les quartiers du Québec. Enfin, l’engagement de centaines de milliers de bénévoles fait des organismes nationaux de loisir des partenaires de choix pour poursuivre des objectifs jugés d’intérêt public par la communauté. La majorité de ces organismes sont membres du Conseil québécois du loisir.

Les organismes nationaux sont subventionnés, sur une base triennale, grâce au Programme de reconnaissance et de financement des organismes nationaux de loisir pour leurs activités régulières dans trois secteurs : plein air, socio-éducatif et touristique.

Voici la liste des organismes nationaux de loisir subventionnés par le Ministère :

On peut consulter le site du Conseil québécois du loisir Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour obtenir de l'information sur chacun de ces organismes.

Vers le haut

Regroupement loisir et sport du Québec

Le gouvernement du Québec reconnaît le Regroupement loisir et sport du Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. comme l’organisme responsable de l’hébergement et des services administratifs d’environ 100 organismes de loisir et de sport logés au Stade olympique de Montréal.

Le Regroupement dispense également divers services administratifs à l’ensemble des organismes nationaux de loisir et de sport. Les types de services qu’il offre sont :

  • la gestion financière;
  • l’imprimerie et la photocopie;
  • les services juridiques;
  • les services collectifs (poste et messagerie, téléphonie);
  • les services informatiques;
  • les services voyages-loisirs.

Le Regroupement reçoit une subvention du gouvernement afin de lui permettre de gérer également les services administratifs requis par les organismes nationaux de loisir et de sport.

Vers le haut

Unités régionales de loisir et de sport (URLS)

Au terme d'un vaste processus de consultation en 1997, la création d'unités régionales de loisir et de sport (URLS) est apparue au gouvernement du Québec comme le moyen le plus approprié pour répondre adéquatement aux besoins des régions.

Le Ministère veut ainsi donner plus de pouvoir décisionnel aux citoyens, permettre aux acteurs de chaque région de définir leurs priorités, octroyer à chaque région les mécanismes et les ressources nécessaires pour atteindre les objectifs fixés collectivement, favoriser une meilleure cohésion des actions et assurer un soutien équitable à tous les secteurs d'activité et à tous les acteurs du monde municipal, scolaire et associatif.

Les URLS sont constituées en corporations autonomes et couvrent l'ensemble des régions administratives du Québec. Elles ont le mandat d'offrir des services adaptés aux réalités particulières de leurs régions respectives. Chacune d'elles reçoit un soutien financier du Ministère auquel peuvent s'ajouter un financement volontaire et des revenus qui proviennent de la vente de services.

Vers le haut

Appreciation Form

Appreciation Form
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.