Projets gagnants 2018-2019

Prix pédagogique

Wotton en lumières! 
Commission scolaire des Sommets
École Hamelin
Responsables du projet : Francis Vigneux Blais, Sylvain Lévesque, Patricia Godbout, Joelle Vermette, Caroline Richer, Stéphanie Dumas et Valérie Boudreau

À l’école Hamelin, les projets qui réunissent l’école et la communauté, c’est une habitude. Wotton en lumières, c’est une aventure à travers des contes où les visiteurs peuvent parcourir un parc boisé illuminé. Accompagnés du petit chaperon rouge, les groupes de visiteurs peuvent se balader dans les bois et rencontrer les personnages de différents contes, et ce, grâce à de petites pièces de théâtre, des créations multimédias, des chansons et du théâtre d’ombres. Pour arriver à ce résultat, les élèves ont lu de nombreux contes afin de parfaire leur connaissance des récits populaires. À un autre moment, ce sont les grands de l’école qui visitent les petits pour leur lire des histoires. Si les élèves du 3e cycle étaient responsables de l’introduction, le processus de l’écriture collaborative a permis à l’ensemble des groupes de l’école d’inventer la grande histoire. En effet, les élèves se sont partagé diverses tâches tout au long du projet, comme la construction des décors, l’attribution des rôles, la publicité et l’organisation.

Prix de reconnaissance national

Les cercles de discussion : lecteurs motivés, créateurs passionnés
Commission scolaire de Saint-Hyacinthe
Écoles Saint-Thomas-d’Aquin, Saint-Jean-Baptiste et Bois-Joli – Sacré-Cœur 
Responsables du projet : Jessica Audet-Pellerin, Catherine Bélanger, Audrey Lasalle, Cynthia Lefebvre, Hugo Leroux, Johanne Proulx et Pierrette Proulx

Les retombées positives des cercles de lecture étaient bien connues des enseignants de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Toutefois, ceux-ci souhaitaient bonifier ce dispositif d’enseignement en en changeant les modalités. C’est en collaborant avec la conseillère pédagogique de français, l’équipe de bibliothécaires et la conseillère pédagogique du RÉCIT national des langues que les enseignants ont pu élaborer un projet qui se déroule en plusieurs étapes.

Les élèves participent d’abord à un jeu-questionnaire, qui leur permet d’établir leur profil de lecteurs, puis à une activité de rencontre express organisée par les bibliothécaires, qui leur proposent des livres correspondant à leur profil. Les élèves participent ensuite à des « missions » de modélisation de lecture. Ceux et celles qui partagent le même profil se regroupent et discutent de leurs lectures. À l’aide d’une tablette électronique, ils font un travail coopératif d’écriture basé sur le genre exploité. Ils y intègrent des images et des effets spéciaux. Finalement, grâce à une application de réalité augmentée, un parcours permet de visiter les univers créés par les élèves. Voilà un beau projet qui peut être réalisé dans d’autres bibliothèques de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe.

Exposition littéraire
Commission scolaire de l’Estuaire
École Les Dunes
Responsables du projet : Marie-Ève Coutu et Julie Lepage

Le projet Exposition littéraire, mené à l’école Les Dunes de la Commission scolaire de l’Estuaire, vient du constat de l’équipe-école que plusieurs garçons passent peu de temps à lire parce qu’ils sont peu attirés par la lecture. Pour pallier ce manque d’intérêt, les enseignants ont décidé d’exploiter les romans d’une façon originale.

Le projet, réalisé de façon conjointe avec l’enseignant d’art dramatique, comporte différentes étapes. D’abord, l’élève lit le livre qu’il a choisi à la bibliothèque. Ensuite, il prend une boîte dans laquelle il insère une maquette qu’il a fabriquée et qui met en scène son moment préféré du livre. L’élève place, à l’extérieur de la boîte, un résumé, une présentation du personnage principal et une courte critique littéraire. Par la suite, les élèves invitent leur famille, la communauté et les autres élèves de l’école à venir visiter leur kiosque. Avant l’exposition, les jeunes créent des affiches promotionnelles qu’ils placeront dans l’école pour diriger les visiteurs vers le lieu de l’exposition. En art dramatique, les élèves préparent des capsules vidéo humoristiques. Ces capsules portent sur le bon choix d’un livre, sur le temps de lecture conseillé et sur le plaisir que peut procurer la lecture. Les capsules sont enregistrées et mises sur des iPad. Lors de l’événement, les tablettes sont disposées à différents endroits stratégiques sur le chemin menant à l’exposition.

Les grands conteurs
Commission scolaire des Trois-Lacs
École Harwood
Responsables du projet : Isabelle Rompré et Myriame Larose

C’est en visant à développer le goût de la lecture, la communication et l’estime de soi, et à créer un lien entre l’école et la famille que les enseignantes du préscolaire et du 3e cycle de l’école Harwood ont mis sur pied un projet de jumelage entre les grands et les petits. Pendant dix semaines, des élèves se rassemblent selon leurs forces et leurs défis. Pendant une semaine, les grands de 6e année étudient les mots et les images d’un livre et préparent une adaptation du récit pour leurs petits. Par la suite, ils font une première lecture aux enfants de la maternelle et, dès la deuxième lecture, ces derniers racontent des parties de l’histoire. Les équipes poursuivent le travail jusqu’à ce que l’enfant de maternelle arrive à raconter l’histoire complète de façon autonome. Il aura ainsi gagné le privilège d’apporter le livre à la maison et de présenter l’histoire à ses parents. Le processus d’appropriation d’un nouveau livre recommence ensuite. Parents et élèves sont très fiers des progrès effectués.

La marche de la coccinelle
Commission scolaire du Littoral
École Saint-Joseph
Responsable du projet : Karine Dubé

Située sur l’île d’Anticosti, l’école Saint-Joseph a ceci de particulier qu’elle compte seulement neuf élèves. Il n’est pas rare qu’un niveau compte un seul élève. Ainsi, le travail se réalise souvent individuellement, au rythme de l’élève, ce qui favorise peu les interactions. Cela était vrai jusqu’au jour où la collaboration entre un enseignant et la directrice, a fait naître un projet de lecture et de développement de saines habitudes de vie : La marche des coccinelles. Depuis, chaque journée commence avec un « combat » des livres, qui amène les neuf élèves à faire des prédictions et des découvertes. Les jeunes donnent aussi leur point de vue et partagent leurs observations. Les élèves de 2e année sont responsables de certaines opérations mathématiques et, comme sur une planche de jeu de société, ils font avancer la coccinelle sur un plan de leur village à partir des résultats obtenus. C’est cette distance que parcourent ensuite tous les élèves à la marche. Au cours de cette randonnée en l’honneur de Léa, une jeune fille atteinte de leucémie et personnage principal de l’album coup de cœur des jeunes, L’étoile de Léa, des dons sont recueillis afin d’être remis à l’organisme LEUCAN. Lecture et action sont réunies dans ce projet rassembleur.

La lecture, tous en chœur
Commission scolaire du Pays-des-Bleuets
École Maria-Goretti
Responsables du projet : Dominique Fortin et Johannie Boutin

À l’école Maria-Goretti, le projet La lecture, tous en chœur unit les voix des élèves de 5e année à ceux du préscolaire. Il permet d’allier un défi à des forces. Le défi? Augmenter l’intérêt des plus vieux à l’égard de la lecture. Leurs forces? Aimer bouger, parler et communiquer. Concrètement, les grands de 5e année assistent à une formation axée sur les stratégies de lecture pendant laquelle ils apprennent à lire une histoire aux plus jeunes. Par la suite, ils choisissent un conte pour enfants qu’ils vont lire, à tour de rôle, aux élèves auxquels ils ont été jumelés. Les lecteurs ont l’occasion de développer leurs compétences en lien avec les technologies de l’information et de la communication et avec l’écriture puisqu’ils doivent préparer une présentation visuelle informatisée visant à capter et à garder l’attention de leur auditoire pendant la lecture. La qualité du texte est donc importante. À la fin de l’activité, les élèves de 5e année sont fiers d’eux et les enfants de maternelle attendent le prochain moment de lecture avec impatience!

Sutures
Commission scolaire du Lac-Saint-Jean
Centre de formation générale des adultes – Pavillon Damase-Boulanger
Responsables du projet : Lisa-Ann Girard et Pier-Charles Boily

La lecture d’un roman rebute souvent la clientèle masculine des centres d’éducation des adultes. C’est pour faire mentir ce constat que l’équipe d’enseignants de français du Pavillon Damase-Boulanger du Centre de formation générale des adultes a repensé sa façon d’aborder la lecture. C’est à la suite de sa rencontre avec François-Bernard Tremblay, auteur et professeur de littérature, qu’une enseignante a eu l’idée de mettre en relation directe les élèves et l’auteur du roman Sutures. Un carnet de lecture associé à ce roman et destiné aux élèves du cours Découvrir le roman québécois a été bâti. Une fois le projet présenté aux élèves, les participants intéressés ont lu le roman avant la visite de l’auteur, prévue quelques semaines plus tard. Entre eux, les élèves ont pu discuter du roman et ont rempli leur carnet de lecture. Le jour de la visite, ils ont pu poser à l’auteur les questions qu’ils avaient préparées de même que celles qui leur venaient spontanément. Cet échange leur a permis d’en apprendre davantage sur le métier d’auteur. À la suite de l’atelier, plusieurs élèves se sont présentés en salle d’examen pour réaliser leur évaluation du cours, mais ce qui est plus important encore, c’est qu’ils ont développé un intérêt pour la lecture.

Des histoires à lire debout
Commission scolaire de l’Énergie
École de la Source
Responsable du projet : Martin Giguère

Comment augmenter la motivation à lire des jeunes de 3e, 4e et 5e année? C’est la question sur laquelle se sont penchés les élèves de 6e année de l’école de la Source. Après avoir sondé leurs camarades plus jeunes, les élèves à la fibre entrepreneuriale se sont lancés dans l’écriture de « récits dont vous êtes le héros » en format numérique. Plusieurs raisons expliquent la naissance de ce projet. D’abord, les concepteurs ont perçu la nécessité d’offrir des choix aux lecteurs, d’intégrer des énigmes ou des défis, et d’inclure des sons. Ils ont aussi voulu faire découvrir aux plus jeunes le fonctionnement de certains outils informatiques. Les élèves ont également organisé des conférences de presse en lien avec la publication des récits sur un site Web. Soucieux de la qualité de leur produit, les élèves ont procédé à des ajustements à la suite des commentaires de leurs lecteurs. Ce projet novateur a permis tant aux créateurs qu’aux lecteurs d’effectuer des apprentissages disciplinaires, mais aussi d’accroître la motivation des plus jeunes à lire et d’augmenter leurs résultats scolaires.

Prix de l'Association Québécoise des Utilisateurs d’Outils technologiques à des fins Pédagogiques et Sociales (AQUOPS)

Samedi de lire 
Commission scolaire Marie-Victorin
École Marie-Victorin
Responsable du projet : Alexandre Dumont

Aller à l’école le samedi? Des parents et des jeunes de l’éducation préscolaire et du primaire de l’école Marie-Victorin de Longueuil ont répondu oui à cette offre des plus originales. Vingt-huit élèves courageux se sont présentés en classe pour douze séances prévues les samedis matins. Des enseignantes dévouées et expérimentées ont accueilli ces jeunes lecteurs dans leur quête d’apprentissage. Axée sur une approche ludique, cette activité a amené les enfants à connaître du succès en lecture, à approfondir des notions leur permettant de se sentir compétents en classe et à développer leur estime de soi ainsi que leur autonomie. Les parents n’ont pas été oubliés. Ils ont pu participer à des ateliers animés par la direction de l’école qui portaient notamment sur la collaboration parent-école, la littératie et le lien entre le suivi parental et la réussite scolaire.

Prix de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Lectures et passions
Commission scolaire des Découvreurs
École des Pionniers – Pavillon De La Salle
Responsable du projet : Mélanie Boutin

À l’école des Pionniers, au Pavillon De La Salle de la Commission scolaire des Découvreurs, le mot « lecture » rime avec passion. Le projet Lectures et passions valorise chaque élève dans son individualité. C’est donc pour apprendre à se connaître, à connaître les autres élèves et à se découvrir comme lecteurs que les élèves se sont lancés dans ce projet. L’importance de lire pour le plaisir et de choisir des livres en fonction de ses goûts est devenue la motivation de tous les élèves. Tous ont vite fait de constater qu’il ne suffit pas de choisir un livre plutôt qu’un autre dans telle catégorie. C’est alors que l’enseignante a présenté d’autres critères aux élèves pour qu’ils soient en mesure de mieux nommer leurs préférences. Finalement, une activité de classement d’albums selon le sujet et les thèmes abordés a permis de développer un vocabulaire commun. Le projet a permis aux enfants de préciser leurs goûts et leurs centres d’intérêt, et de connaître ceux de leurs camarades. Les élèves ont aussi compris l’intérêt de s’aventurer et de tester des sujets et des genres nouveaux.

Prix de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

La guerre et la paix
Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île
École Sainte-Gertrude
Responsable du projet : Stéphanie Lemieux-Fortin 

À l’école Sainte-Gertrude de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, une enseignante de 6e année a constaté, au fil des ans, que le thème de la guerre et de la paix intéresse la majorité des élèves. Elle a donc décidé de faire la lecture de plusieurs albums en lien avec la guerre et la paix pour que les élèves développent un champ lexical riche. L’enseignante en profite pour présenter quelques partisans de la paix. À leur tour, les élèves font des recherches dans le but de réaliser des affiches qui seront exposées sur les murs de l’école pour faire connaître ces personnages aux autres élèves.

Pour clore le projet, l’enseignante présente aux élèves un album qui ne contient que des illustrations, et ce, dans le but de travailler l’interprétation. Elle fait ensuite la modélisation de l’écriture d’un texte narratif en choisissant avec les élèves une double page et en leur montrant ce à quoi elle s’attend d’eux. Dans la dernière partie du projet, les élèves, deux par deux, écrivent la narration qui soutient l’illustration de leur double page. Cette activité leur permet de réinvestir le vocabulaire acquis.

Prix de l'Association québécoise des enseignantes et des enseignants du primaire (AQEP)

L’univers de Roger Hargreaves
Académie Juillet
Responsables du projet : Karine Lecouffe-Léveillé et Johanne Goyette 

Depuis cinq ans, l’univers de Roger Hargreaves enveloppe l’Académie Juillet. Tout au long de l’année et à travers différentes disciplines scolaires, les élèves de 2e année découvrent les magnifiques livres de la collection, « Monsieur/Madame ». D’abord, les jeunes se familiarisent individuellement avec les livres, puis lors de lectures de groupe menées par l’enseignante, ils apprennent des stratégies de lecture en plus d’enrichir leur vocabulaire. L’aventure « Monsieur/Madame » se poursuit lors d’une situation d’écriture où les élèves inventent un personnage et une histoire. En arts plastiques, ils illustrent leur livre en plus de créer leur figurine « Monsieur/Madame » en papier mâché. En vue du lancement officiel du livre, les élèves conçoivent des affiches, font des décorations et travaillent leur résumé de lecture. La résolution d’une situation-problème authentique basée sur la vente des livres est réalisée dans le cours de mathématique. Après s’être exercés à l’école et à la maison à changer de voix selon les personnages, les élèves de 2e année visitent les élèves de maternelle pour leur lire le nouveau livre Monsieur Madame.

Prix d'Illustration Québec (IQ)

Réseaux littéraires et œuvres collectives au préscolaire
Commission scolaire New Frontiers
École Mary Gardner
Responsables du projet : Catherine Garand-Butcher et Lolita Fuhlrott

Le projet Réseaux littéraires et œuvres collectives au préscolaire est né de la collaboration de deux enseignantes mordues de littérature jeunesse. Ces enseignantes de l’école bilingue Mary Gardner ont eu l’idée de créer mensuellement une œuvre collective inspirée d’un regroupement d’œuvres liées par un élément commun. Ce sont leurs élèves, surpris d’apprendre qu’un enfant de 5 ans pouvait être à l’origine de la création d’un livre, qui leur en ont donné l’idée. Tant en français qu’en anglais, le thème est exploité parallèlement par chacune des enseignantes. Le réseau littéraire est composé de livres identiques ou complémentaires. En alternance, les enseignantes créent un livre collectif en s’inspirant d’un des albums présentés. Un réseau d’auteur a aussi été créé selon la langue d’appartenance. L’œuvre collective, inspirée du livre Une patate à vélo, d’Élise Gravel, s’est faite en collaboration avec les élèves de 6e année. Ces derniers ont aidé les plus petits pour l’orthographe et l’écriture. Le projet a permis aux élèves de s’impliquer davantage dans l’écriture d’un livre collectif. Ils sont maintenant fiers de savoir que leurs livres sont les plus consultés de la bibliothèque scolaire.

Prix de l'Association québécoise des enseignants de français langue seconde (AQEFLS)

La Gazette de Saint-Jude
Commission scolaire des Grandes-Seigneuries
École Saint-Jude
Responsable du projet : Caryn Lachapelle

À l’école Saint-Jude, il y avait peu d’activités parascolaires en lien avec la lecture et l’écriture. C’est pour en offrir davantage et pour renforcer la motivation des élèves que la nouvelle direction a décidé de consulter les élèves. Ce sondage a révélé que la lecture à la bibliothèque et le journalisme sont les sujets qui intéressent le plus les élèves. Par la suite, un groupe de lecteurs s’intéressant au journalisme a été formé et un partenariat avec le journal Le Soleil de Châteauguay a été établi. Ainsi, les journalistes en herbe rencontrent des journalistes expérimentés qui leur en apprennent sur leur métier, sur les recherches qu’ils doivent faire et sur l’importance de vérifier leurs sources. Riches de ces nouveaux apprentissages, les élèves publient trimestriellement La Gazette de Saint-Jude. Les publications sont même reprises par le journal de Châteauguay. Chacune des éditions du journal scolaire comporte une revue littéraire. L’activité permet aux élèves de développer certains aspects entrepreneuriaux ainsi que des compétences dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. La visibilité du journal, qui paraît sur différentes plateformes, contribue à la motivation des élèves et à l’augmentation du nombre de lecteurs.

Prix de l'Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS)

Lab langue
Commission scolaire du Lac-Saint-Jean
Centre de formation générale des adultes – Pavillon Damase-Boulanger
Responsables du projet : Cindy Mc Nicoll et Pier-Charles Boily

Faire aimer le français à ceux et celles qui fréquentent la formation générale des adultes, c’est le pari qu’ont décidé de relever des enseignants de français. Pour y parvenir, ils ont créé un lieu chaleureux consacré à la promotion du français : le Lab langue. Pour ce faire, ils ont réaménagé une partie de la bibliothèque pour y installer du mobilier, de l’équipement informatique et de jolis accessoires pour rendre les lieux fonctionnels et accueillants et pour donner le goût d’apprendre à ceux qui fréquentent ce laboratoire. Polyvalent, le Lab langue est un endroit où peuvent se tenir une variété d’activités liées directement ou indirectement au français. On y trouve, entre autres, des ateliers de grammaire, des cours de groupe, de l’accompagnement à l’aide de logiciels en passant par le visionnement de films ou la présentation de conférences. Heureux de se retrouver dans des lieux qui font moins « école », les élèves qui y suivent des cours obtiennent de bons résultats. Ils peuvent d’ailleurs côtoyer l’ensemble des enseignants de français à cet endroit. L’aménagement du Lab langue a rendu la lecture plus accessible aux élèves en faisant disparaître la barrière affective, mentale ou sociale souvent associée à la bibliothèque. Cette dernière est maintenant considérée comme un endroit où on se sent bien et où on peut discuter de lecture.

Prix de Communication jeunesse (CJ)

Les univers littéraires à l’éducation préscolaire
Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup
Services éducatifs, secteur jeunes
Responsable du projet : Catherine Montminy

Le fait de jumeler recherche doctorale sur la littératie et collaboration d’enseignantes à la Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup a donné vie au projet Les univers littéraires à l’éducation préscolaire. Le projet consiste à élaborer des univers littéraires grâce à des trousses littéraires qui sont partagées entre les classes du préscolaire. Pour développer ces univers chez les petits, les enseignantes mettent à profit la littérature pour enfants dans divers contextes pédagogiques. Elles présentent plusieurs livres sur un même sujet aux enfants, puis ces derniers sont invités à transposer leurs nouvelles connaissances dans la création de jeux symboliques. L’imaginaire et la créativité des enfants sont au cœur des univers littéraires. Ces qualités sont aussi sollicitées chez les enseignantes puisque, pour chacun des univers étudiés, elles inventent un jeu de règles. Les enseignantes sont soutenues par la conseillère pédagogique. Grâce à ce projet qui impliquait au départ huit enseignantes, ce sont aujourd’hui 28 groupes d’élèves qui ont la chance de découvrir le monde littéraire et de développer un intérêt pour la lecture, et qui ont le goût d’aller à l’école. L’an prochain, encore plus d’enfants pourront créer des univers littéraires.

Appreciation Form

Appreciation Form
Comment avez-vous trouvé ce contenu?
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.