Monsieur Dollard Morin

« Si le loisir est une façon de vivre, le bénévolat est une raison de vivre. »

Surnommé Monsieur Loisir, Dollard Morin est né à Montréal le 1er février 1916. Après son cours classique et une formation en philosophie et en théologie, il obtient un baccalauréat ès arts de l’Université Laval. Divers stages et cours en loisir et en animation viendront, par la suite, compléter sa formation de base.

En septembre 1940, Dollard Morin commence sa carrière journalistique au quotidien La Presse. L’année 1955 marque le début de ses premières chroniques régulières en loisir; au fil des ans, il en écrira quelque 8 500. C’est pour cette raison que Dollard Morin est devenu « Monsieur Loisir ». À 65 ans, le 1er février 1981, sonne pour lui l’heure de la retraite, mais il continue cependant sa collaboration avec La Presse comme pigiste.

Parallèlement à son travail de journaliste, il sera chargé de cours pendant plus de vingt-cinq ans dans des écoles, contribuant à la formation de monitrices, de moniteurs et de bénévoles spécialisés en loisir. De 1962 à 1984, il enseignera à l’École des guides touristiques de Montréal.

En 1967, le premier ministre du Québec invite Dollard Morin à faire partie d’un comité spécial qui sera à l’origine de la création du Haut-Commissariat à la jeunesse, aux loisirs et aux sports, devenu aujourd’hui le Secteur du loisir et du sport du ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur.

On pourrait croire qu’avec toutes ces activités, sa vie était pleinement occupée, mais non! Doté d’une énergie inépuisable, Dollard Morin s’investit, pendant plus de vingt-cinq ans, dans de nombreux groupes de loisirs et a travaillé comme bénévole au sein de plusieurs organisations. Il a été, entre autres, président de la Fédération folklorique du Québec et gouverneur de la Fédération des loisirs-danse du Québec.

Dollard Morin est décédé en avril 1992. Après ce bref aperçu de sa vie consacrée au monde du loisir et du bénévolat, on comprend que son nom soit associé au prix du bénévolat en loisir et en sport. De plus, un parc public à Montréal porte son nom depuis 2010. Le souvenir de Dollard Morin est toujours vivant.