Valorisation de l'éducation

Au mois d’octobre, pleins feux sur les enseignantes et enseignants du Québec!

La troisième phase de la campagne de valorisation de l’éducation du Ministère est en cours. Elle sera présentée pendant quatre semaines, à compter du 3 octobre sur les principales chaînes télévisées.

Cette troisième phase met en lumière le rôle essentiel des enseignantes et enseignants dans la réussite scolaire des jeunes. Elle lance le message que « derrière chaque adulte accompli, il y a une enseignante ou un enseignant qui l’a inspiré et que par leurs mots, leurs gestes, leur passion, les enseignants forment le Québec et son avenir. »

Rappelons que cette campagne fait partie de la voie 1 de la Stratégie d’action pour la persévérance et la réussite scolaires L'école, j'y tiens! qui prévoit diverses actions pour valoriser l'éducation à l'échelle du Québec. Une de ces actions consiste à mettre en œuvre une campagne de valorisation de l'éducation. Celle-ci a débuté au printemps 2010.

Prévue pour une durée de trois ans, la campagne a pour thème « L'avenir s'écrit à l'école. Faisons tous nos devoirs ». Elle vise à souligner l'importance de l'éducation et le rôle essentiel des parents, des enseignants et des jeunes dans la persévérance et la réussite scolaires.

La première phase de la campagne mettait en lumière le rôle déterminant des parents dans la réussite scolaire des jeunes. Elle lançait un message clair : « Aller à l'école, c'est exigeant. Écouter, encourager et soutenir son enfant contribue à sa réussite scolaire ».

La seconde phase, destinée aux jeunes de 12 à 17 ans, mettait en vedette le prof Laurier, un des personnages de l’émission Les Pieds dans la marge, diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Dans ces capsules, le prof Laurier, bien connu des adolescents, parlait aux jeunes, avec beaucoup d’humour, de sujets tels que l’importance de l’effort, l’estime de soi, le sens que les jeunes peuvent donner à l’école ainsi que l’équilibre à conserver entre les différentes activités de la vie quotidienne.