Les acteurs

Le ministre

Le ministre a une triple responsabilité à l’égard de la persévérance et de la réussite scolaires.

Il veille d’abord à l’approbation des encadrements, des politiques et des programmes qui sont conçus pour soutenir la persévérance et la réussite scolaires, et qui doivent être appliqués par les commissions scolaires et les écoles. Afin de s’assurer que les mesures de soutien demeurent pertinentes et efficaces, le ministre peut également demander que des modifications leur soient apportées, comme c’est le cas présentement pour le programme Aide aux devoirs et la stratégie d’intervention Agir autrement.

Il incombe également au ministre d’orienter les actions des commissions scolaires, de leur fixer les objectifs à atteindre et de convenir des moyens pour y parvenir. C’est ce qui sera mis en oeuvre par l’entremise des conventions de partenariat qui seront signées au cours de la prochaine année avec les commissions scolaires. Ces conventions permettront d’établir clairement les résultats attendus ainsi que les rôles et les responsabilités de chacun des paliers.

Enfin, le ministre a une responsabilité à l’égard de la mobilisation de tous les intervenants du milieu scolaire. Il sera donc présent dans les régions au cours des prochains mois, en particulier pour :

  • rencontrer les enseignantes et les enseignants;
  • les appuyer dans leur travail exigeant, mais emballant;
  • s’entretenir avec eux de l’importance de leurs fonctions à l’égard de la réussite scolaire.

Vers le haut

L'élève

L’élève doit être plus que jamais reconnu comme l’acteur central de sa réussite et être partie prenante des actions éducatives qui le concernent. En ce sens, dans des contextes parfois difficiles, son engagement personnel sur le plan des apprentissages et sa capacité à démontrer des attitudes positives sont des éléments essentiels à sa réussite. Pour maintenir son engagement, l’élève aura besoin du soutien de ses parents et de celui de ses enseignantes et enseignants, tout comme parfois de celui de membres de la communauté. L’élève qui éprouve des difficultés de toutes sortes devra être « accompagné » tout au long de son parcours. Des solutions souples et adaptées devront lui être offertes.

Vers le haut

Les parents

Connaissant leur enfant mieux que quiconque, les parents constituent des partenaires de premier plan pour le milieu scolaire. Par conséquent, ils doivent être reconnus pour le rôle essentiel qu’ils jouent, notamment lors des transitions que leur enfant aura à vivre tout au long de son parcours scolaire. Ils peuvent apporter un soutien important en :

  • valorisant l’éducation;
  • faisant eux-mêmes preuve de persévérance;
  • reconnaissant les efforts qu’exige l’apprentissage;
  • ayant des attentes élevées, mais à la mesure des capacités de leur enfant;
  • prenant tous les moyens à leur portée pour le guider vers la réussite.

Ils ont aussi la responsabilité de collaborer étroitement avec l’école, notamment en signalant tout élément inhabituel en lien avec l’engagement de leur jeune à l’égard de son projet scolaire. La cohérence d’action entre la famille et l’école s’avère d’une grande importance au regard de la réussite et de la persévérance d’un élève.

Vers le haut

Les enseignantes et enseignants

Il est primordial que l’école puisse compter sur un personnel enseignant compétent. Les enseignantes et enseignants doivent être des partenaires efficaces. Ils sont les mieux placés pour déceler tôt les difficultés de certains élèves et pour intervenir afin de soutenir leur réussite scolaire. C’est à eux que revient la tâche, souvent complexe, de mettre en place les conditions favorisant la réussite de tous les élèves de leur classe et, pour chaque élève en difficulté, de mettre en oeuvre s’il y a lieu le plan d’intervention approprié, avec la collaboration des autres ressources professionnelles et de soutien.

Le personnel enseignant a également la responsabilité de veiller à sa formation continue de manière à pouvoir tenir ses connaissances à jour. Cette responsabilité est partagée avec les commissions scolaires, qui doivent faciliter l’accès aux programmes d’études à leur personnel ou mettre à sa disposition des formations sur mesure.

C’est donc en misant sur leur propre expertise, leur sens de l’innovation, leur capacité à travailler en équipe et leur engagement envers les jeunes que les enseignantes et enseignants sont en mesure de faire une différence dans le parcours scolaire des élèves qui leur sont confiés. Ils devraient également pouvoir compter sur l’engagement des élèves eux-mêmes et sur l’appui de leurs parents. Le soutien constant de leur direction d’école, du personnel des services éducatifs complémentaires, de la commission scolaire, de leur communauté et du Ministère leur est aussi nécessaire.

Vers le haut

Les directrices et directeurs d'établissements

Les directrices et directeurs d’école, de centre de formation professionnelle et de centre d’éducation des adultes dirigent au quotidien des établissements d’éducation qui ont de multiples défis à relever. Étant au coeur de l’action, ils connaissent les élèves, les parents, les enseignantes et enseignants, le personnel des services éducatifs complémentaires ainsi que les divers partenaires qui gravitent autour de l’école. À ce titre, ils ont la responsabilité de mobiliser leur équipe, de jouer un rôle de rassembleur et de coordonner le travail en y associant, le cas échéant, le conseil d’établissement, les parents et les différents partenaires, notamment ceux du secteur de la santé et des services sociaux ainsi que des groupes communautaires. Ils ont aussi à susciter la participation et l’appartenance à l’école en créant un milieu de vie stimulant à l’image des jeunes qui le fréquentent.

Vers le haut

Les directrices générales et directeurs généraux des commissions scolaires

Les directrices générales et directeurs généraux des commissions scolaires doivent d’abord s’assurer que leurs établissements répondent, en tout premier lieu, aux besoins des élèves qui sont sous leur responsabilité avec souplesse, flexibilité et adaptabilité. À titre de supérieurs immédiats des directrices et directeurs d’établissement, ils ont le devoir de comprendre le contexte particulier de leurs établissements, de les soutenir et de leur fournir les conditions et les ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs qui auront été fixés dans les conventions de gestion et de réussite éducative qui doivent être établies annuellement. Ils permettent ainsi à l’école de mettre en place des initiatives structurées qui ont pour premier objectif la réussite et la lutte au décrochage.

Vers le haut

Les présidentes et présidents des commissions scolaires

Les présidentes et présidents des commissions scolaires doivent assumer un rôle de premier plan pour la valorisation de l’éducation et de l’école publique dans toutes les régions du Québec. Ils sont les premiers porte-parole de la persévérance et de la réussite scolaires.

Ils doivent également mobiliser les parents, les maires et les employeurs de leur territoire ainsi que tous les groupes ou associations des milieux social, communautaire et des affaires qui peuvent contribuer à soutenir les jeunes.

Vers le haut

La communauté

L’élève vit dans une communauté qui contribue à son développement. La persévérance et la réussite scolaires doivent faire partie des préoccupations des personnes et des groupes qui apportent une contribution déterminante pour l’avenir des jeunes, que ce soit le secteur municipal, les organismes voués à la culture, au loisir et au sport, les groupes communautaires, etc. Les leaders ont ainsi la responsabilité d’exercer pleinement leur rôle pour mobiliser leur communauté à cette cause. À cet égard, des régions comme le Saguenay−Lac−St−Jean doivent servir d’exemple de mobilisation.

Vers le haut

Le milieu de l'emploi

Les entreprises, grandes et petites, ont une responsabilité sur le plan de la valorisation de l’éducation auprès des jeunes. L’importance, sur le plan social, de leur engagement à respecter des conditions d’embauche et de gestion susceptibles de favoriser la diplomation des jeunes est démontrée. Ces dernières doivent réduire les heures de travail de leurs jeunes employés aux études, offrir des opportunités de stages et favoriser davantage la conciliation travail-études.

Vers le haut

Les tables régionales d'éducation interordres

Les tables régionales d’éducation interordres, qui réunissent des représentantes et représentants des commissions scolaires, des collèges et des universités, doivent jouer un rôle primordial dans les régions du Québec au regard de la persévérance et de la réussite scolaires. Plus que jamais, elles sont appelées à être des lieux de convergence des forces locales et régionales ainsi que des pôles d’innovation et d’action. Elles doivent aussi faire la promotion de la formation professionnelle et technique en fonction des métiers qui sont exercés sur leur territoire.

Vers le haut