Stratégie de mobilisation pour lutter contre l’intimidation et la violence à l’école

La nouvelle Stratégie gouvernementale de mobilisation de la société québécoise afin de lutter contre l’intimidation et la violence à l’école fait appel non seulement à la mobilisation des élèves, de leurs parents et du personnel scolaire, mais aussi à celle de tous les Québécois et Québécoises. Elle s’articule autour du thème « L’intimidation, c’est fini. Moi, j’agis. » et se décline en quatre actions : mobiliser, communiquer, légiférer et agir.

Mobiliser

Les jeunes, leurs parents, le personnel scolaire, les gestionnaires, les élus et les leaders sociaux sont invités à signer la Déclaration québécoise d’engagement contre l’intimidation et la violence. De plus, une semaine thématique contre l’intimidation et la violence aura lieu chaque année autour du 2 octobre afin de coïncider avec la Journée internationale de la non-violence.

Communiquer

La Stratégie gouvernementale s’appuie notamment sur une campagne nationale de communication multimédia d’une durée de trois ans. Cette campagne comprend un microsite Web destiné aux jeunes, aux parents et aux éducateurs. On y trouve de l’information sur l’intimidation et on peut y signer la Déclaration québécoise d’engagement contre l’intimidation et la violence.

En appui à ce site, des publicités ont été diffusées, dès le premier volet de la campagne, à la télévision, sur le Web et dans les imprimés, pour inviter les jeunes à devenir des héros ou des héroïnes ordinaires en refusant de rester muets devant l’intimidation. De plus, un concours a été organisé afin d’offrir aux élèves de toutes les écoles du Québec l’occasion de soumettre leurs bons coups visant à lutter contre l’intimidation et la violence. Le microsite fait la promotion de ces bonnes pratiques, en plus de faire connaître les diverses actions mises en place dans le cadre de la campagne.

Légiférer

L'Assemblée nationale a adopté, le 12 juin 2012, le projet de loi n° 56, Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école, qui apporte diverses modifications à la Loi sur l’instruction publique et à la Loi sur l’enseignement privé. Ce projet de loi précise les devoirs et responsabilités des acteurs scolaires concernés ainsi que des partenaires.

Agir

Le Plan d’action pour prévenir et traiter la violence à l’école sera reconduit et bonifié par l'ajout de nouvelles mesures. Parmi celles-ci, des activités de formation sur le civisme seront tenues annuellement dans chaque école et des notions de cybercitoyenneté seront intégrées aux apprentissages d'ici deux ans afin de transmettre aux jeunes des valeurs qui guideront leur utilisation des nouvelles technologies. De plus, les partenariats créés dans le cadre des ententes survenues entre les commissions scolaires, les organismes du réseau de la santé et des services sociaux et les différents corps de police se poursuivront et se développeront davantage, toujours dans le but de lutter contre l'intimidation et la violence à l'école.