Information

Une commotion cérébrale est une blessure invisible causée par un rapide mouvement de va-et-vient de la tête qui fait en sorte que le cerveau heurte les parois de la boîte crânienne.

Une commotion cérébrale peut survenir à la suite d’un impact direct à la tête ou d’un impact à toute autre partie du corps qui transmet une force impulsive à la tête.

Commotions cérébrales – Émoticônes

Les principaux signes et symptômes

Signaux d’alerte exigeant une évaluation médicale immédiate à l’urgence (911)

  • Perte de connaissance
  • Détérioration de l’état de conscience
  • Vomissements répétés
  • Convulsions
  • Maux de tête qui augmentent
  • Somnolence importante
  • Difficulté à marcher, à parler ou à reconnaître les gens ou les lieux
  • Vision double
  • Agitation importante, pleurs excessifs
  • Faiblesse, picotements ou engourdissement

Symptômes exigeant une évaluation médicale le plus tôt possible pour un diagnostic 

  • Émotivité accrue, irritabilité ou tristesse
  • Confusion
  • Chercher ses mots ou répondre lentement
  • Maladresse physique
  • Vomissement
  • Nausée
  • Douleur au cou
  • Mal de tête ou pression dans la tête
  • Sensibilité à la lumière et au bruit
  • Étourdissement ou problème d’équilibre
  • Difficulté à se concentrer ou à se souvenir

 

Pour la liste complète des signes et des symptômes, consultez la fiche de suivi Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. du Protocole de gestion des commotions cérébrales pour le milieu de l’éducation et dans le cadre d’activités récréatives et sportives.

La récupération

La plupart des commotions cérébrales évoluent favorablement à l’intérieur de 14 jours. Si l’état de santé ne s’améliore pas de façon évidente à l’intérieur de 14 jours ou si les symptômes persistent après 1 mois, une consultation avec un professionnel de la santé est requise.

Une reprise graduelle des activités prévient les complications, respecte la capacité de récupération de l’individu et contribue au maintien des liens sociaux.

Le contexte sportif

Comparativement à d’autres situations de la vie courante, la pratique sportive peut être plus propice à des commotions à répétition dans un très court laps de temps. La victime peut être plus vulnérable à une autre commotion cérébrale même si l’impact est plus léger. Dans ce cas, les conséquences peuvent être décuplées.

Appreciation Form

Appreciation Form
Comment avez-vous trouvé ce contenu?
Avez-vous rencontré un problème au cours de votre navigation? Faites-nous part de vos observations et aidez-nous à améliorer notre site. Évitez d’entrer des renseignements personnels dans ce champ.