Prévention de la violence verbale

Prévention de la violence verbale

Pourquoi parler de prévention de la violence verbale?

La violence verbale est la forme de violence la plus rapportée par les élèves et les adultes, qu’ils en soient la cible ou témoins.

Selon le rapport Portrait de la violence dans les établissements d'enseignement au Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 

  • 21 % des élèves du primaire et 17 % du secondaire disent avoir été insultés ou traités de noms par des pairs au moins deux à trois fois par mois durant l’année scolaire.
  • 20 % du personnel scolaire au primaire et 15 % au secondaire disent avoir été la cible, d’impolitesses ou d’insultes de la part des élèves, au moins deux à trois fois par mois durant l’année scolaire.

La violence verbale se manifeste lorsqu’une personne utilise la parole pour atteindre l’autre directement ou indirectement par :

  • des insultes;
  • des messages méprisants ou humiliants;
  • du chantage;
  • des menaces;
  • des cris.

Qu’elle soit occasionnelle ou fréquente, cette violence qui « s’entend » crée une tension chez la personne agressée. Elle peut même provoquer des sentiments de détresse ou un état de peur.

Sans être de la violence, une autre forme de comportement est également présente dans les écoles et affecte le climat d’apprentissage et les relations interpersonnelles. Il s’agit des incivilités verbales, plus communément appelées impolitesses, manque de courtoisie ou manque de respect de l’autre. Cumulées, les incivilités peuvent affecter le climat de l’école, donner une impression de désordre ou générer des conflits.

 

Pourquoi faire la promotion de la communication positive?

Mettre l’accent collectivement sur les échanges verbaux positifs à l’école est une action efficace qui aide à prévenir la violence verbale. En ce sens, chaque membre de la communauté éducative est invité à :

  • prendre conscience des répercussions qu’ont ses propos sur les personnes autour de lui ainsi que sur le climat de la classe et de l’école;
  • se responsabiliser quant à l’utilisation de paroles positives au quotidien.

Tous ensemble – jeunes, parents et membres du personnel scolaire – peuvent contribuer au climat positif, bienveillant et sécuritaire de notre école.